Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Guillaume

Décapitation - L'enlèvement des Sabines

La statue que j'ai choisie s'intitule L'enlèvement des Sabines. Créée entre 1579 et 1583 par Giambologna (Douai, 1524-Florence, 1608), cette œuvre de marbre représente l’événement du même nom. Cette sculpture d'une hauteur de 4,10 mètres est l'immortalisation d'un des épisodes mythologiques sur la fondation de Rome.

Ce passage de la mythologie raconte comment Rome, manquant de femmes, demanda aux Sabins de lui en livrer afin que des familles puissent naître. Or, les Sabins craignant la naissance d'une cité rivale, ils refusent le de céder leurs femmes. Les romains décident donc d'enlever les sabines.

Cette œuvre est caractéristique de la Renaissance de par le rapport à l'Antiquité. Ici, le rapport est la mythologie antique.

 

 

Tirade de Lorenzo à la statue

 

Lorenzo

Une nuit, à Florence.

Lorenzo, faisant face à une statue.

Oh, toi que l'on nomme œuvre d'art, toi qui fus créée grâce aux muses qui à jamais m'ont abandonné, pourquoi lorsque je te vois je ne ressens que la haine ? La haine d'un peuple qui ne demandait qu'à survivre, comme je le fais en cette ville. La haine d'un peuple qui se vit dépouillé de ses femmes, comme je fus dépouillé de mon nom et de ma pureté. Tu resteras dans l'histoire, mais moi, si par mes projets je libère cette ville, je vivrai à jamais entre ces murs et dans la mémoire collective ! Moi, Lorenzo de Médicis !

Il se tourne vers la lune.

Ah ! Te voilà, amie de longue date. Toi qui éclaires les méfaits du peuple et de la cour. Toi qui vois sans juger. Toi, qui seras spectatrice de ma déchéance et de ma renaissance. Que je sois noyé si je n'arrive pas aux bouts de mes actes ! Oh ! Toi, lumière pâle de l'obscure nuit, sois témoin ! Témoin de l'acte que je m'apprête à commettre. Qu'importe ce que je ferai à l'avenir, à jamais je serai Lorenzo, et jamais masque que je porterai ne me collera à la peau !

De nouveau, Lorenzo fait face à la statue. Il s'approche d'elle.

Toi qui enlevas ces femmes, je t'ôterai ta tête.

Il coupe la tête de la sculpture puis s'en va.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article