Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Martina P.

Zazie dans le métro de Raymond Queneau

Continuation...de la scène de la rencontre entre Trouscaillon et Mouaque

Trouscailon et la veuve Mouaque étaient en train de parler aux café Vélocipède, quand en se rendant compte de l’heure, la veuve a été obligée d' interrompre la conversation. Trouscaillon, fut tellement impressionné par la beauté et la sensualité de la veuve Mouaque, qu'il était déjà tombé amoureux d’elle. Il ne pouvait pas se permettre de la perdre voilà pourquoi il voulait la rencontrer de nouveaux, mais, de toute manière ,cette fois-là, ils seraient seuls. En proposant celà à la veuve Mouaque,il n'était pas sûr de ce qu'elle ferait, et à cause de cela elle n’avait pas répondu à la question ; mais Trouscaillon en voyant l’indécision de Mme Mouaque, il avait décidé de lui donner son adresse et l’heure de leur hypothétique rencontre.

La veuve Maouque éprouvait les mêmes sentiments pour lui, mais elle ne savait pas si fréquenter Trouscallion était juste, elle avait peur de manquer de respect à la mémoire de son mari, décédé récemment. Cette fille superbe et toute jeune qui avait une longue vie devant elle, était combattue si vivre dans le passé ou si se reconstruire une vie nouvelle avec un autre homme. À la fin elle avait décidée de rencontrer Trouscaillon, chez lui, en rue Rambuteau.

Le jour de la rencontre était arrivé, la veuve Mouaque était très anxieuse alors que elle se préparait pour aller chez Trouscaillon, tandis lui,il était bien tranquille, parce que il savait qu’elle viendrait.

Une fois arrivée à la maison de Trouscaillon, les deux se sont regardés sans rien dire, il s’est approche d’elle, en lui donnant un canard pour sentir son parfum, après il l'a regardée dans les yeux et l'a embrassée doucement: Mme Mouaque savait que ce qu’elle était en train de faire n’était pas moralement juste, elle n’a pas été capable de contraster cette passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article