Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Laura-Louise

Voix poétique - Paul EluardVoix poétique - Paul Eluard

Paul Eluard (Eugène-Emile-Paul Grindel selon l’état civil) est né le 14 décembre 1895 à Saint-Denis. Son père était comptable. En 1912, Paul Eluard fût contraint d’arrêter ses études suite à de graves problèmes de santé. Il rentra par la suite au sanatorium de Clavadel en Suisse. Il y fit la connaissance d’Hélène Dmitrovnia Diakonova dite Gala dont il s’éprit. En 1917 ils se marièrent. Pendant son séjour en Suisse Paul Eluard lut les poèmes de Walt Whitman. Le 1er décembre 1913 parût une plaquette intitulée Premiers Poèmes. L’année suivant, il fît paraître Dialogues des inutiles.

En décembre 1914 Paul Eluard reçût son ordre de mobilisation, il fût  affecté comme infirmier dans la Somme. Il écrivait là-bas une plaquette de vers, Le Devoir qu’il signa du nom d’Eluard (qui est celui de sa grand-mère). En janvier 1917 il rejoint son unité sur le front cependant il fût atteint d’une bronchite aiguë. Il fût alors évacué.

En 1918 il publia Les poèmes pour la paix puis rallia le mouvement du Dadaïsme. Il deviendra alors ami avec Tzara, Breton, Aragon, Soupault et d’autres. De 1920 à 1922 il publia trois recueils : Les animaux et leurs hommes, Les hommes et leurs animaux, Les Nécessités de la vie et les Conséquences des rêves et Répétitions. Ensuite, en 1923 naitra le Surréalisme qui est dans la continuité du Dadaïsme. Eluard s’associa à Breton et Aragon. Il participa également à la création du premier numéro de La Révolution surréaliste. Après avoir publié en 1924 Mourir de ne pas mourir, il fît paraître 152 proverbes mis au goût du jour écrits avec Benjamin Péret puis Au défaut du silence en 1925.  En 1926 Capitale de la douleur fût publiée. 

La même année Eluard adhéra au parti communiste et collabora à la revue Clarté. En 1928 il divorça de Gala partie avec Dali. Au printemps 1929 paraît L’amour la poésie. A la fin de l’année il fît la rencontre de Maria Benz dite Nusch qui fût sa compagne pendant dix-sept ans. Il a écrit de nombreux recueils avec Breton ou René Char (Ralentir travaux, L’Immaculée Conception). En 1933 Eluard fût exclu du parti communiste. Paraît alors Comme deux gouttes d’eau. En 1937 Eluard prît position contre le franquisme. Plusieurs recueils importants furent publiés comme Nuits partagées en 1935, Grand air, La Barre d’appui, Notes sur la poésie et Les yeux fertiles en 1936 ainsi qu’un recueil Facile qui mêle les poèmes d’Eluard avec treize photographies de Man Ray (essentiellement des nus). Dans les années 1930 le poète et le photographe furent de plus en plus proches et associèrent leurs talents dans Les Mains libres qui parussent en 1937.

Eluard fut un poète engagé, il avait conscience que beaucoup de dangers menaçaient la paix en Europe et surtout en Espagne. Il fût l’auteur d’un ouvrage en collaboration avec Miro, Picasso, Tanguy et Masson Solidarité dont les ventes furent au profit des insurgés espagnols. En 1939 parut dans un climat de craintes et d’incertitudes Chansons complète et Donner à voir. En 1939 Eluard reçût son ordre de mobilisation.

Pendant la seconde guerre mondiale, Paul Eluard fut LE poète de la résistance. Son poème Liberté sera jeté dans tous les maquis de France pour aider les résistants à tenir. En 1946 Nutsch mourra plongeant Eluard dans le désespoir.

Après la guerre, Eluard alla de conférence en congrès à la rencontre des peuples et des écrivains. Il publia pendant cette période Poésie ininterrompue I, Le dur désir de durer, en 1948 Poèmes politiques et en 1949 Une leçon de morale. Il rencontra en 1949 à Mexico Dominique Lemor qui devint sa femme en 1951. En 1952 il représenta le peuple français aux cérémonies de commémoration des cent cinquantième anniversaires de la naissance de Victor Hugo ainsi que pour le centième anniversaire de la mort de Gogol. Il mourût d’une crise cardiaque le 18 novembre 1952.

Pour moi, Paul Eluard est un poète qui a marqué la poésie car il à su révolutionner le genre avec le mouvement Dadaïsme et Surréalisme. Il a su allier art et engagement politique. Ses œuvres sont pour moi magnifiques et sont aussi un témoin de son époque.

 

Source : dossier Henri Scepi

 

source image

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lomé 26/03/2016 13:06

magnifique article Laura-Louise ! Bravo