Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Jenovefa

Vers retrouvés - Louise Labé Sonnet XXI

Sonnet XXI

Quelle grandeur rend l'homme vénérable ?
Quelle grosseur ? quel poil ? quelle couleur ?
Qui est des yeux le plus emmielleur ?
Qui fait plus tôt une plaie incurable ?

Quel chant est plus à l'homme convenable ?
Qui plus pénètre en chantant sa douleur ?
Qui un doux luth fait encore meilleur ?
Quel naturel est le plus amiable ?

Je ne voudrais le dire assûrément,

Ayant Amour forcé mon jugement ;

Mais je sais bien, et de tant je m'assure,

Que tout le beau que l'on pourrait choisir,
Et que tout l'art qui aide la Nature,
Ne sauraient accroître mon désir.

 

Voici les annotations qui se trouvaient dans l'édition que nous avons trouvée. Elles étaient situées entre les deux tercets mais on peut  se douter qu'elles correspondent au premier car elles ont les mêmes structures rimiques et  on voit que Louise Labé répond à son questionnement (présent dans les quatrains) .

Aucun parfois, Amour dicte toujours,

Doute m'emplit, se répand tous les jours,

En d'autre temps, tout conforte mon heur.

 

Benedetto di Tommaso Portinari (vers 1487)

Benedetto di Tommaso Portinari (vers 1487)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article