Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Kathleen

    J'ai décidé de traduire en allemand un extrait du début du poème I du recueil Plus haut que les flammes de Louise Dupré. D'une part parce que c'est le passage qui m'a le plus marqué, et d'autre part parce que le nazisme trouve ses sources en Allemagne et qu'une bonne partie des victimes des camps de concentration et d'extermination parlait cette langue. C'est donc quelque part également un hommage à ces personnes parties en fumée.

Ton poème a surgi
de l'enfer
 
un matin où les mots t'avaient trouvé
inerte
au milieu d'une phrase
 
un enfer d'images
fouillant la poussière
des fourneaux
 
et les âmes 
sans recours
réfugiées sous ton crâne
 
c'était après ce voyage
dont tu étais revenue
 
 
les yeux brûlés vifs
de n'avoir rien vu
 
 
rien
sinon des restes
 
comme on le dit
        
Dein Gedicht ist aus der Helle aufgetaucht
 
eines Morgens, wenn die Worten dich
in der Mittle eines Satzes
gefunden hatten
 
 
eine Helle voller Bilder
durchsuchend den Staub
der Kohlen
 
und die Seelen
ohne Zurückgreifen  unter dein Schädel geflüchtet
 
es war nach dieser Reise,
du warst wieder da
 
 
die Augen verbrannt,
nichts gesehen zu haben
 
 
nichts,
als Reste
 
wie man so sagt

 

Traduction - Louise Dupré

 

Image

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article