Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Aurora D'A.

Depuis mes trois ans, chaque jour ma mère sort et me laisse avec la négresse. J'aime être avec elle parce-que quand nous sommes ensemble, je dessine les images, je regarde des dessins animés, et souvent nous allons au parc pour jouer avec d' autres enfants. Mais ce jour-là je ne voulais pas faire les choses habituelles. Je commençais à pleurer et ma baby-sitter, ma négresse ne savait pas vraiment comment me calmer. Elle a décidé donc de me prendre à ma mère ... Alors que la négresse m'a pris sur ses genoux quand je me suis réveillée, et j’ai vu un homme qui regardait ma mère, étonné.

Dans les yeux de Federico, voici son nom, j'ai remarqué la beauté de ma mère,qui avait un large chapeau de paille, avec des rubans roses qui palpitaient au vent, derrière elle. Ses bandeaux noirs, contournant la pointe de ses grands sourcils, descendaient très bas et semblaient presser amoureusement l’ovale de sa figure. Sa robe de mousseline claire, tachetée de petits pois, répandait à plis nombreux. Elle était en train de broder quelque chose ; et son nez droit, son menton, toute sa personne se découpait sur le fond de l’air bleu. Je ne l'avais jamais vue avec sa splendeur parce-que quand nous passions notre temps ensemble elle était toujours triste et en colère. Soudain, le long châle à bandes violettes de ma mère était sur le point de tomber dans l'eau, mais Federico était en mesure de le prendre à temps. A ce moment, j'ai remarqué que leurs yeux se rencontrèrent et j'ai compris que peut-être à partir de ce moment, il pouvait la faire sourire de nouveau,lui redonner le sourire qu'elle avait perdu et lui donner tout ce dont elle avait besoin. De son regard, il était facile de comprendre qu'il pourrait l'aimer comme personne ne l'avait jamais fait jusqu'à présent et c'était tout ce qu'elle attendait, inconsciemment.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lomé 19/02/2016 11:07

C'est une belle réécriture !