Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Jenovefa

Aziz et madame Qeuleu profitant du silence de la maisonée

Aziz et madame Qeuleu profitant du silence de la maisonée

 

   Lors de la pièce retour au désert un des personnages qui m'a particulièrement interpellé est celui d'Aziz. Je l'ai trouvé très intéressant car on peut observer son évolution tout au long de la pièce. On peut aussi remarquer ses doutes, hésitation, en effet, il se retrouve souvent pris entre deux feux. Par exemple lorsque Mathilde et Adrien en arrivent au main madame Qeuleu lui demande d'intervenir et il est très réticent car il craint la réaction de son employeur (Adrien). Son importance est tout de suite démontrée car c'est le premier à apparaître : il démarre par un monologue en arabe. Par la suite, il est moins présent et c'est seulement un domestique qui se tue à la tache pour un salaire de misère. D'ailleurs, cette obstination, obligation à travailler sans arrêt, agace le fils de son employeur, Mathieu, qui à l'inverse passe sa vie à ne rien faire. Mais Mathieu et Edouard vont avoir besoin de sa contribution pour leur sorties nocturnes, ce qui une fois les entraîne dans un bar connu par Aziz.

   En ce lieu, on va retrouver Edouard ayant trop bu, Mathieu triste car son départ pour le service militaire est imminent, Aziz qui profite de cette distraction mais, soudain, le gérant du bar veut fermer et leurs demande de payer et de partir. S'ensuit un débat pour décider qui paye où le domestique s'en sort perdant ce qui l'agace ayant l'impression de se faire avoir une fois de plus. Au même moment Aziz et le gérant ont un débat animé sur la raison de la fermeture du bar. Le domestique commence alors un long monologue où il clame toute son incompréhension, son agacement de n'être qu'un pion servant la cause de l'Algérie et de la France en même temps selon ce qui arrange les pays.

   Finalement, il mourra dans l'attentat du café provoqué par Adrien et ses comparses. Même sa mort est le fait d'un conflit qui le dépasse et alors qu'il n'en peut plus, une fois encore ce n'est qu'un pion.

image1

image2

 

 

Aziz et Edouard retenant légèrement Adrien et Mathilde

Aziz et Edouard retenant légèrement Adrien et Mathilde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article