Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Lucia

Chère maman,

je suis désolée si ma décision de rester ici à Kobane et de me battre pour mon pays te fait souffrir. Depuis ton départ beaucoup de choses ont changées et malheureusement j'ai trouvé le temps de me mettre en contact avec toi maintenant. Après la dernière attaque de l'ISIS, rien n’est plus comme Avant , rien : de longues étendues de terres où se dressaient autrefois nos maisons, nos appartements et où l’on se sentait en sécurité comme dans une boule de cristal. Tout a changé maman: Kobane, la ville dans laquelle tu es née et tu as grandi et où tu voulais rester, n’ existe plus. Le temps semble ne jamais passer et les jours sont tous les mêmes. Nous restons ici, dans notre campement, entourés par des cris silencieux de désespoir. Les rares familles qui n’ont pas fui, vivent loin de nous, à la périphérie. Leur vie était vraiment bouleversée et chaque fois que je vais leur apporter le peu de nourriture que je trouve, je vois la frustration mélangée avec l’ espoir. Je vois peu à peu comment l'attente les consomme et comment l' espoir que tout va revenir comme il était une fois, vit dans leurs yeux.

Au fur et à mesure que les jours passent, nous sommes moins nombreux et les autres soldats, si nous pouvons les définir comme cela, sont des gens comme moi: il y a des adolescents, des enfants et des adultes mais beaucoup parmi nous ne veulent pas rester ici et nous vivons dans la terreur de ne pas être là. Nos gens nous voient comme des héros parce que nous nous battons pour défendre les valeurs que jusqu'ici nous avons marquées, et maintenant ils veulent nous enlever, mais je ne suis pas un héros. Pour moi, le héros est celui qui protège et sauve les autres mettant sa vie en danger, mais ici, sur le terrain de la guerre, tout le monde pense surtout à se sauver. Nous sommes comme des pions dans les mains des joueurs qui ne peuvent pas faire un faux geste sinon nous sautons dans l'air à cause des mines terrestres de l'ISIS.

Ils n’ont rien laissé maman: des maisons, des places, des puits ... tout a été détruit. De notre camp, nous voyons seulement une longue bande de terre rouge. Quelque fois je pense à quand j'étais petite et à quand je courais avec mes amis dans la place du marché: il y avait une atmosphère et une ambiance chaleureuses mais maintenant un gèle total est tombé. C’est comme quand nous avons joué à 1,2,3 étoiles, mais l'enfant qui compte, il semble ne jamais retourner et nous ne pouvons pas nous déplacer. Quelque fois et je me demande comment l'homme peut arriver à faire des actions comme cela en utilisant la religion comme motivation, ce qui jusqu'à ce jour ci m’a toujours donné la confiance et l'espoir ; voir la religion utilisée comme un prétexte pour faire la guerre est terrible pour moi. "Nous sommes tous frères," dit la Bible, le Coran et tous les autres textes sacrés, et je me demande comment il est possible qu'il soit nécessaire de tuer les autres pour atteindre un objectif qui n’est pas partagé par tout le monde mais a été imposé. Maintenant je comprends que la vie est le plus grand cadeau qu’on nous a donné, mais malheureusement, c'est très souvent refusé.

J'espère t’embrasser bientôt, tu me manques!

Je t'aime.

Ta Jasmine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article