Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Aurianne

Centon - Dominique Sampiero

Mourir donc attend un regard qui s'ouvre et un regard qui se ferme. L'un est le bourgeon de l'autre. Sans ses yeux pour la mort, il n'y a rien. Oui, ce sont alors des lettres brûlantes, violentes. Puis des lettres de souvenir. Et finalement on n'écrit plus. On lui parle enfin, vraiment, comme on n'a jamais osé.

 

source image

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article