Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Kathleen

Poème-slogan - Cédric Le Penven
L'année 2015 finit comme elle a commencé.
 
Dans le sang. 
 
Nous n'oublions pas les victimes du 7 janvier.
 
Nous pensons aux victimes du 13 novembre.
 
Mais aussi à celles du Mali.
 
Et à celles des pays en guerre.
 

 

 
Une dilatation du poème Arrêt du images de Sybille Rembard (2015)
 
 

Civilisation scarifiée

     Innocents sacrifiés

Géographie de l’intolérable

     Souffle incontrôlable 

Impression de mort

     Juste dehors

 

    Et c'est alors que nous nous sommes réveillés

Notre société sidérée bafouille sa vérité

     Mais qui détient la réalité

Nos lèvres tremblantes parlent de dignité

 

les visages flottent

se noient

se ressemblent

    Et les tueurs sont les tués

    Et les tués deviennent tueurs.

    Ici ou là-bas l'humaine morbidité

    

notre monde se partage

quotas de vivants

quotas de morts

 

    On compte

    On sépare

    On dénonce.

 

les anges gardiens sont en fuite

     Où sera notre salut

trébuchent sur la frontière de l’inconcevable

    Un cauchemar improbable

 

les rossignols ne chantent plus

     Mais la vie continue

figés à la bifurcation de la destinée

    Nous ne vous avons pas oubliés

 

En gras, les vers du poème original

En itallique, les vers que j'ai rajouté

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lalou 02/01/2016 10:05

Whaaa ! Bravo ! :)