Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Kathleen

     Mardi 17 novembre, j'ai décidé quel serait mon troisième article. J'écrirais une biographie sur Cédric Le Penven, poète qui m'avait semblé si mystérieux dans ces textes. Persuadée que je trouverais rapidement ce que je cherche à savoir, j'ai ouvert mon moteur de recherche et commença à taper. Quelle a été ma surprise quand je découvris, que dis-je ? quand j'ai compris que je n'arriverai pas aussi facilement à avoir des informations sur lui. Quelques informations sur ses études, les débuts de sa carrière. Mais rien sur ce qui nous intéresse vraiment, nous autres lecteurs : pourquoi écrit-il ? Comment a-t-il commencé à écrire ? Quel genre de personne est-il et quelles sont ses idées ? Pourquoi a-t-il écrit ces textes, dans quels contextes ? Mais rien si ce n'est qu'un joli poème autobiographique : 
 
"Je ne comprends pas grand-chose
à ce que je suis, à ce que je dis
Je m'étonne encore souvent
que ces mains s'agitant devant moi 
soient le prolongement de cette voix intérieure
qui chuchote et chuchote encore
des paroles étranges
Nulle histoire, nul message
juste des phrases offertes
que je place au milieu d'une page vide
dont je pèse chaque mot, interroge
chaque virgule, comme s'il en allait 
qui me ressemblerait enfin"
 
    Tout ça est magnifique ... Émue et intriguée par tant d'éléments flous, j'ai décidé de mener l'enquête. Peut-être en saurais-je plus en découvrant son parcours ? Ses recueils sontpeut-être le miroir sur son âme ? Peut-être est-ce la seule façon de le cerner ? C'est ainsi que j'ai décidé d'écrire la bibliographie de Cédric Le Penven. 

 

Bibliographie - Cédric Le Penven
   Mon investigation a longtemps été infructueuse. Mais je n'ai rien lâché et pendant plusieurs jours j'ai insisté, en modifiant parfois juste de quelques mots ce que je tapais sur la barre de recherches. Au bout d'un certain moment, je suis parvenue à avancer. Pas à pas, mais des pas au moins. Je me suis demandée si mon ordinateur n'avait pas fini, grâce aux cookies par exemple, par comprendre le sujet de mon enquête et ne m'orientait pas plus facilement par les réponses attendues si ardemment et non plus vers des sites où acheter les recueils. Je restais souvent sur ma fin, ce qui me poussait à continuer et à fouiller encore plus. Et ... Finalement ... J'ai trouvé ce que je cherchais. 
 
     Cédric Le Penven est un poète qui permet, dans certains de ses recueils, la rencontre improbable entre un jeune poète d’aujourd’hui et des allusions religieuses. Certains de ses poèmes, très courts, ont été publié dans des revues littéraires comme PoésiePremièreDéchargeArpaSoufflesFrichesRétroviseurJointureCoup de SoleilLieux d’EtreFroissartJardin d’EssaiContre-Allées. Des poèmes comme Nuit de peu de nuit ne sont disponibles que dans ces revues. 
 
Bibliographie - Cédric Le PenvenBibliographie - Cédric Le PenvenBibliographie - Cédric Le Penven
     En plus des recueils dont je parle ici, il a également écrit des livres d’artiste avec Jean-Pierre Thomas : Livre pauvre, Les sources noires, cinq Face à face, et un carnet de voyage Ce qui n’est que passage…
 
     Sa première publication fut en 1998 avec Lieux de corps : lieux de mots. Il s'agit là d'une collaborations avec deux autres qui est composée de Et rien d'autre de Jean-Luc Cardinaud, de Au-dedans puis par-delà de Cédric Le Penven et de Détensions de Julien Bobo. 
 
    Nombreux sont ses recueils de poèmes qui ont gagné un prix. Le premier vint fut Orage, parut deux ans plus tard, il a gagné le prix de la poésie de la ville de Béziers. En 2004, Elle, le givreinspirée d'une muse silencieuse et discrète nommée Estelle, gagna lui aussi un prix : le prix Voronca. Ce fut une des premières fois que Cédric Le Penven attire vraiment l'attention sur lui. Publié par un petit éditeur, Jacques Brémond, qui a vu le potentiel de ce recueil. Voici un extrait de ce recueil : 
 

"Ce que l’amantier tait jusqu’à la nuit

le lait moite que la gorge vénère
dans sa forteresse de racines.
 
Ce que le peuplier répète
sous l’attention de la brise
le linceuil multicolore de l’aube.
 
Ce que les marais gardent secrètement
dans leur gangue de terre
l’odeur tenace de la mémoire.
 
[...] Peut-être la nuit sera-t-elle rédemptrice"
 
   Dans ce recueil, Cédric Le Penven a un rôle qui consiste à dénoncer et à résister. Le poète garde une vision enfantine de la vie, mais comme on dit "la vérité sort toujours de la bouche des enfants". Cependant les personnes qui se disent adultes restent sourds aux paroles du poète et font preuve d'une violence envers l'enfant, mais aussi le poète. Il ne lui reste plus qu'à attendre son tour de parler, le moment où on voudrait bien l'entendre et le lire. Son tour est arrivé et son prix en est la preuve. 
Bibliographie - Cédric Le Penven
     En 2005, l'Ile de Cythère, à l'aube, qui tire son nom d'une île grecque, sort. Il a été publié dans le n°171 d'Encres Vives. Dans une courte interview, l'aurait aurait confié qu'il aurait ressenti le besoin, face au magnifique paysage du monde, de décrire cette beauté, comme si cela lui permettait d'être sûr que ces moments magiques avaient bel et bien eu lieu. Au fil du temps, cette conviction se raffermit : pour lui notre conscience dépend de notre manière personnelle d’habiter la langue pour la transformer en parole, et que c'est ainsi que la réalité nous est révélée. Ecrire, créer permettrait de découvrir une réalité enfouie, d'où l'importance de la lecture et des poètes qui offrent leurs propres regards sur ce qu'ils voient autour d'eux, autour de nous. Je pense que L'Ile de Cythère, à l'aube pourrait être un bon exemple de ce besoin.
 
     En 2008, Cédric Le Penven publie L'Immobile serti de griffes. On peut y lire cet extrait : 
 

"Ce qu’il reste d’une mer, la roche tatouée de squelettes, la fantasmagorie plus dure, plus molle que la chair. Elle écarte des plaies qui rêvent de coups de rasoir. Ce rouge, ces ventres sioux tournés vers le ciel, c’est l’assurance de grandir un peu." 

    Des poèmes de ce recueil aussi sont parus dans Encres Vives (dans le n°365 plus précisément) comme par exemple : 

"Tu sais que je m'enfonce. Que j'ai besoin de créer des murs autour du silence. De lui construire une gangue. Un piètre édifice. Tu sais que je m'enferme pour chercher. que je parle avec un double. Que je frôle des canines aiguisées. Tu voudrais que je parvienne à expirer, lentement, comme un ballon de baudruche percé. Un sifflement perceptible à qui prête l'oreille.

Écoute mourir la soif." 

    En 2009, Menus Travaux est publié et l'année suivante Elégies Barbares qui eut 4 voix pour gagner le prix du poème en prose Louis Guillaume lors de sa 36è année mais il perdit face à Raphaël Miccoli pour Cœur à corps qui lui eut 5 voix. 

     En 2012, avec Adolescente florentine il se fait vraiment un nom dans la poésie. Le voyage et l'écriture ont un lien pour lui. Il pourrait rester des heures à contempler un même paysage et, à l'âge où on songe plus à s'amuser ou à séduire, il a rencontré un moine dominicain à San Marco. Cette rencontre l'a profondément marqué et il a su alors qu'il devait écrire cette rencontre improbable. Il mit 12 ans avant de finir la rédaction d'Adolescente florentine qui en parle. C’est dans Adolescente florentine que Cédric Le Penven permet la rencontre improbable entre un jeune poète d’aujourd’hui et des allusions aux fresques religieuses peintes par un moine dominicain, Fra Angelico, en plein XVe siècle, comme le disait au tout début de cet article. Il y ferait des préventions philosophiques qui n'empêcheraient cependant rien à la chute inextricable dans la réflexion sur le sens des images bibliques. Ce recueil sonnerait comme une invitation bienvenue à visiter tous les édifices et les chambres du couvent San Marco. La rumeur et le silence se croiseraient dans ces textes. En conclusion, Adolescente florentine serait la preuve que jamais son auteur ne sortira de la sienne mais aussi qu'il y fait son éducation. 

 

Voici quelques extraits de cette oeuvre : 

"Florence sème des christs et des madones comme des géraniums"

 "Si la Foi a un siège, il est à l’estomac."

"Je suis sûr que la Foi peut rendre un homme divin."

Un chapelet de cellules où chacun dort avec son ombre." 

 "La vrille du buste comme / fugue impossible vers un matin calme… On ne peut lire dans les yeux / d’un homme qui n’a pas de regard / mais deux orbites que la lumière ignore.

Il faut recueillir les mots échappés / des rêves des statues."

"Et si parler ne faisait que creuser la faim / je continuerais encore puisque l’absence a bon goût." 

 
Bibliographie - Cédric Le Penven

      Sur un poème de Thierry Metz. Ce dernier est peut-être celui qui a plus retenu l'attention parce qu'il a été écrit en l'hommage du poète Thierry Metz, comme le nom du recueil l'indique, décédé il y a maintenant plusieurs années. Il décortique certains de ses poèmes et se confronte aux questions les plus intimes que ces textes soulèvent. Ce serait un recueil émouvant, aussi doux qu'un tissu, qu'un matin sous la neige, que la main d'un être qui nous est cher. 

 

"Le titre, sang sur la neige de papier. 
Les noms du poète et de l’artiste. 
Encre noire des mots. 
 
Et tout en bas, deux initiales. J.B." 

Dit l'auteur d'un commentaire. 

       Le travail de l’artiste et de l’éditeur, Jean Gilles Badaire, serait ici plus que jamais mis au service des poètes. Car dans ce recueil, ils sont deux poètes : Cédric Le Penven et  Thierry Metz. Et leurs poèmes et leurs noms se joignent en cet oeuvre. On y lit les reprises de Thierry Metz par Cédric Le Penven du début à la fin. Il s'approprie ses textes comme nous le faisons aujourd'hui. Il pioche dans les poèmes initials certains mots marquants. 

   
  "Le temps d’un livre, dit Le Penven, lecteur et poète auront suivi le manœuvre de mot en mot, cet « homme qui va revenir » et qui laisse derrière lui  une soif lancinante et cette douleur inscrite dans le chemin de celui qui avance. Si les mots sont ceux du travail, on trouve aussi ceux qui ouvrent un espace entre, entre rouilles cadavres de chats de bouteilles(…) mais également entre les pronoms (nous, on, je et tu). Se dessine alors l’ombre du manœuvre-élagueur, son emprise bienveillante, figure mouvante du poète à laquelle Cédric Le Penven rend hommage.  
Il était juste que le dernier poème du recueil revienne vers ce mot de manœuvre et que Le Penven remercie Thierry Metz d’avoir ouvert le lieu où
 partager la joie d’être parvenus jusque là : 
 
Manœuvre 
 
pour tes gestes précis autour de la table 
pour ta bouche restée close pendant les bavardages 
(…) 
Pour les derniers jours d’octobre 
pour la colère juste 
pour la peur de mourir 
 
je te dis 
merci"

     Que dire de plus que ce que Sylvie Durbec a déjà dit dans son commentaire ? 

Bibliographie - Cédric Le Penven

   Enfin Bouche-Suie. C'est le dernier recueil publié à ce jour de Cédric Le Penven. Il l'a écrit entre novembre 2012 et juin 2014 mais n'a été publié qu'en 2015. Ce livre on peut le trouver balbutié. Comme si Cédric Le Penven se trouvait impuissant, hésitant entre la colère et le calme. On y lit sa douleur dans des poèmes toujours très courts. Il semble quand on le lit entendre le poète laisser échapper quelques mots. Incohérents parfois. Mais qui nous fait nous interroger sur notre présence dans le monde, sur l'enfance, sur les lieux de vie. Quelque part, ce recueil a peut-être pour but de rendre le monde un peu plus habitable. Quoi de plus humain que de chercher dans la dure réalité un petit coin de paradis, de réconfort. Il offre une solution possible à nos problèmes.

 

     "Livre plongé dans les failles et la blessure, qui cherche à parler l'amour, contre le venin de soi, une plongée dans le corps. Ce serait une fièvre, le retour d'un rêve. Des poèmes comme des poings noirs." 

     C'est ce qu'écrit L'autre livre sur Bouche-Suie

    Je vous parlais tout à l'heure d'un interview. Eh bien une partie de celle-ci concernait les raisons pour lesquelles Cédric Le Penven écrivait de la poésie. Je me suis servie de la première partie de la réponse pour illustrer L'Ile de Cythère, à l'aube. Mais la deuxième concerne selon moi plus Bouche-Suie, et bien sûr d'autres recueils mais ayant lu ce recueil-là je peux être certaine qu'il est dans ce cas.  Ce qui le pousse à écrire est aussi ce qu'il appelle une source noire. "Elle est liée aux blessures que chacun peut avoir connues dans son enfance, et sourd comme un cri qu’il lui faut extérioriser". Cette source noire vient selon lui "de l’inconscient où mijotent les questions irrésolues, les souvenirs qui nous travaillent, les rêves qui nous disent à notre insu. Cette parole donne la parole à ce qui parle en nous, et essaie d’en préserver la part de mystère." C'est un poète qui se questionne beaucoup et cela se ressent dans ses écrits. 

   

 

    Et voilà. Mon périple à travers les méandres d'Internet, à la recherche de réponses sur l'oeuvre de Cédric Le Penven dans le but de le comprendre, est terminé. Ce fut une enquête merveilleuse et passionante et j'ai l'impression de m'être rapprochée du lecteur. J'espère que mon article vous aidera vous aussi à mieux le comprendre lors de votre lecture de Bouche-Suie.

 

Source texte 1 Source texte 2 Source texte 3
Source texte 4 Source texte 5 Source texte 6
Source texte 7 Source texte 8 Source texte 9
Source texte 10 Source texte 11 Source texte 12
Source texte 13 Source texte 14 Source texte 15
Source texte 16 Source texte 17 Source texte 18
Source texte 19    
Source image 1 Source image 2 Source image 3
Source image 4 Source image 5 Source image 6
     
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cédric Le Penven 13/03/2016 22:05

Bonsoir, je suis très ému de voir l'intérêt que vous avez porté, vous et vos camarades de classe, à mon recueil Bouche-Suie. Cela fait plaisir de se savoir lu et entendu. Votre projet i-voix est vraiment extraordinaire ! Continuez! Vous verrez que la poésie offre des rencontres surprenantes, et parfois avec soi-même...

Lalou 18/12/2015 19:22

Ouah !! Bravo pour ce travail très complet et cette quantité incroyable de recherches !! J'aime aussi beaucoup la forme que tu as donné à tout cela ! Encore bravo et merci pour cet article permettant de mieux comprendre l'auteur !

Laura-Louise 17/12/2015 20:49

Wouah quel travail ! Tu es une tres bonne enquetrice en tout cas ;) Merci beaucoup pour ce merveilleux article qui m'a permis de mieux comprendre cet auteur et de ce fait son recueil. Merci Kathleen !