Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

Florilège - Livres enrichis 8

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les œuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus,

célébrations, visions ...) ?

 

 

(Un nom d'auteur peut en cachez un autre :

cliquez sur celui-ci pour découvrir l'écrivain qui a inspiré le texte)

 

 

  1. s'enivrer du parfum du souffle printanier
  2. écouter le silence, ressentir son vacarme au plus profond de soi
  3. veiller à ne pas marcher sur un soupir (le miel déborderait)
  4. toujours laisser ce rire nuageux caresser son coeur
  5. photographier une larme, puis, la laisser couler (jusqu'en bas, au fond du ciel)
  6. enfin de l'onde surgir l'angoisse, l'amour, la haine
  7. non pas juste vivre : faire seulement de l'impossible le probable (donner une chance au conditionnel)

 

(Elise)

 

 

elle traque sous les voiles

aurore boréale

miettes d'avant

 

chantonne les regards

ongles sur le derme

électricité

arrachons

 

elle drap noir

chair impatiente

just another game

rose

 

métal incertain, polysémique

toi même, langues

ainsi.

 

(Brenda)

 

 

Je déconstruis mon mutisme.

Vie guide mes pas.

Louvoie entre mes côtes.

En intensifie

le rire

incoercible

et flamboyant.

 

(Morgane)

 

 

Les corbeaux

 

Réveille toi !

Ils entendent notre appel,

songe à une pluie de feuilles mortes,

pour t'évader de cette entorse.

Les arbres tombent sur les ponts,

les corbeaux s'embarquent,

à l’intérieur d'une impasse oblongue.

 

Suis les !

Tu verras bien,

si ta crainte se nomme Légitime,

sinon, je t'en prie, divague à l'horizon,

pleure moi ton nom,

dans un bassin de fantasmes.

 

Ils passent par la petite porte,

tu voudrais les appeler,

leur demander magie,

et tu les sais taciturnes.

 

Mais tu cours !

Tes pas sont illisibles,

comme une trace sur un pavé

que l'on brûle

en clamant la colère

du petit homme.

 

Tu as peur.

De leurs ailes sourdes,

ils battent un écho enchanteur,

à une tranchée bleue et noire.

Ces bêtes abordent la folie,

tu le sais,

ils ont peur de toi,

tu émanes le chaos

dans ce champ d'air pur.

 

Du bec croisé,

tu démêles les vagues du temps,

puis ils t'embrassent,

avec une allégresse infinie,

touchante,

apaisante,

qui t'inspire le silence,

le silence juste,

c'est la fin du tunnel,

et les sourires te sont lancés,

comme des flèches de feu.

 

(Logan)

 

Florilège - Livres enrichis 8

(Brenda)

 

 

 

je t'offre ces notes, 

mes mots sont des présents

mais toi 

 

 

(Marina)

 

 

Florilège - Livres enrichis 8
 
- Penser à ne pas oublier (Oublier mot singulier)
- Penser à imaginer et créer pour citer (Imaginer mot pluriel)
- Le soleil qui se couche à deux heures du matin et le poème n'en finit pas. Pas de rouge, pas de gris pas de noir (Je n'y entends note)
- Penser à tendre l'oreille, peut-être plus tard : crier, parler, discuter, insuffler, échanger, écouter, oublier, aimer, jouer, casser.
- Ne pas oublier de respirer
- Oublier

 

(Hannah)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article