Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

Florilège - Livres enrichis 6

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les œuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus,

célébrations, visions ...) ?

 

 

(Un nom d'auteur peut en cacher un autre :

cliquez sur celui-ci pour découvrir l'écrivain qui a inspiré le texte)

 

 

Galet des plaines

qui souffle ma nuque

et les boucles

en courbe

alphabétique.

 

Vacillent les sirènes

du chemin.

Bavard.

 

Secouer les branches

et les racines

cloisonnées

dans ce feutre.

Inhumaine est ma saison.

 

Votre nuit

est vaine.

 

Si je souffle

encore un peu,

je vois la terre

disparaître.

 

Galets sur galets

qui m'envoient balader.

 

Votre nuage est

lumineux.

 

(Logan)

 

Florilège - Livres enrichis 6

 

Le diamant blanc des princes Nasrides,

mêlant Orient et Occident, Genil et Darro.

puise sa force dans l'eau spirituelle de la colline du soleil.

 

Généralife de l'Alhambra, Grenade, août.

 

(Elise)

 

 

 

Tu dis : « Il ne me reste que peu de temps, c’est une drôle de phrase »


Tu dis : « Drôle d’époque où l’on cherche à éviter la mort à tout prix »


Tu dis : « Combien de femmes s’étirent la peau, pour rêver d’une jeunesse éternelle ? »


Tu dis : « Combien d’hommes soulèvent du métal pour sembler moins fragiles ? »


Tu dis : « Combien de morceaux de peau en lambeaux, de pièces jaunes et de feuilles rectangulaires dans nos tiroirs? »


Tu dis : « Combien de corps mutilés, d’enfances affadies par une télé falsifiée ? Rêves évaporés. »


Tu dis : « Dans mes rêves les plus fous, l’enfance serait un monde sans violence, les corps seraient respectés et les bijoux ne seraient pas enlevés, les dessins se feraient sur des feuilles volantes et non sur des âmes charcutées »

 

(Hannah)

 

A mesure que la Terre se détache à regret du Soleil, une atmosphère singulière s'installe. Les cafés flamboient comme des guirlandes, les restaurants luisent doucement de leur ambiance feutrée, les affiches des cinémas se détachent sur fond sombre. Le jour s'éteint, stagne faiblement sur un horizon doré, cédant progressivement la place à l'obscurité, qui allume les lampadaires, les fenêtres aux maisons et des yeux aux voitures.

La nuit rampe lentement, encore tapie dans les ruelles, déploie timidement son long manteau sombre, rase les murs, lèche le bitume, telle une vague de lumière bleue et d'ombres mauves. Avec elle vient le froid, léger, flottant dans l'air comme une odeur de crépuscule. Les silhouettes accrochées aux pas des piétons s'estompent, pâlissent, tentent de résister brièvement lorsqu'ils marchent dans les flaques lumineuses des lampadaires. Les talons claquent sur le bitume, de la musique envahit la rue, les fêtards braillent, les amis rient, les feuilles bruissent, les portières claquent, la ville respire, et son souffle gros et sourd accompagne la rumeur qui enfle, la clameur d'une nuit éveillée.

Les secondes s'égrainent sans regret, comme de minuscules orbes vibrionnant, phosphorescents. Entre les bâtiments noyés de nuit, les rues apparaissent, tels des couloirs lumineux où grouillent des colonies de lucioles métalliques.

 

(Morgane)

 

Florilège - Livres enrichis 6

 

  • penser à ranger les livres
  • penser à ranger ses idées
  • ne pas oublier de classer, ranger, amasser
  • les empiler - les unes, sur les autres, encore et encore
  • se sentir pousser par elles / naviguer sur la marée
  • et pour cela amasser, classer, ranger, faire naître le courant

 

(Youn)

 

Quelques temps

Une goutte qui tombe

 

Immobilité

Touche le silence

 

Feu

Se tend

Enlacés

 

Souffle le vent

Lui

Tache le coeur

 

Éteins la flamme

Nuit

Vole la pluie

Nous.

 

(Elise)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article