Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

Florilège - Livres enrichis 5

 

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les œuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus,

célébrations, visions ...) ?

 

 

(Un nom d'auteur peut en cacher un autre :

cliquez sur celui-ci pour découvrir l'écrivain qui a inspiré le texte)

 

 

Lui,

Le temps d'un instant 

Un tour de monde

Qui s'arrête à chaque ville, chaque continent

A toute date

Nous racontant sa vision universelle pour nous partager un pays, recueilli.

 

(Justine)

 

 

injonctions (1)

 
1. ralentir la distance (éloignement vertigineux et soudain)

2. vaincre les vertiges angoissants - ceux qui sautent au visage dans un flash (étourdissements nébuleux et soudains)

3. fixer les vacillants (fugaces et éphémères)

4. embras(s)er le bout du jour
 
 

 

" Will you let me come in ?
I'm sure it will be great"
Et des regrets
plein la gorge
du soi qui n'a pas été
ce jour bleu
où vous auriez cessé
de nager vers l'autre
soi

 

(Brenda)

 

 

Fleuve

 

Ils parlent d'un fleuve,

mêlé d'un parfum subtil

qu'on accroche à nos pensées.

 

Je suis cet homme,

en bas.

Oui, celui qui parle aux hortensias,

qui n'a plus de plumes pour se couvrir,

et qui fume le vent qui vient à se cogner au visage.

 

Je me cache peut-être,

si l'envie me guette,

alors je lancerai une corde,

à qui veut bien rêver un peu.

 

Plonge, viens à moi,

nous pourrions échanger,

partager,

nous livrer.

 

Je suis une lettre.

Tu es une lettre.

Et ensemble,

toi et moi,

nous nous marions en un Mot.

 

La brassée du temps,

aguerrit nos sens,

et nous enlace,

juste un peu,

juste ce qu'il faut.

 

Alors je me noie,

dans l'esprit rose et clair du fleuve.

 

(Logan)

 

 

  • penser à ouvrir les yeux, peut-être la vue de l'eau, plus tard

  • penser à faire face au paysage

  • penser à se glisser dans la mer, frotter le sable des orteils, des mains doigts écartés, le sable vole, la vive piégée, penser à la suivre, la regarder, l'attraper, se piquer

  • penser à l'eau bouillante (comme ça qu'on dissout le venin ils disent )    

 

Florilège - Livres enrichis 5

 

je ne sens plus

que

le fracas des mots qui

sonnent dans mon crâne

 

rien, pourtant

elle-même s'en aille

rimes décousues, manches effacées

le ciel pleure

 

calmement

 

je m'enfonce

et,

nos affolements restreints

peinent

jusqu'aux ténèbres

 

je pleure

pleure-t-elle ?

en perpétuelle foulée

irritée ma reine

je te raille

 

(Thomas)

 

 

 

tu dis : « Je n'ai jamais vu le sable entre les pages, ni les corbeaux face au soleil. »
tu dis : « Et qu'est-ce que ça change à l'histoire? »
tu dis : « Si je ferme les yeux, est-ce que je les sentirai entre mes doigts ? »
tu dis : « Sans ça, renouveller les images, et mordre dans le ciel. »
tu dis : « Des images qui revigorent l'inconscient, sans crainte de schisme aucun. »
tu dis : « Non que les cassures t'aient laissé derrière, mais regarde. »
tu dis : « Montre-moi. »

 

(Brenda)

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article