Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

Florilège - Livres enrichis 10

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les œuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus,

célébrations, visions ...) ?

 

 

(Un nom d'auteur peut en cachez un autre :

cliquez sur celui-ci pour découvrir l'écrivain qui a inspiré le texte)

 

 

rose alitée

des souffles tièdes

sur l'orage des peaux

 

nuées de velours : fallecimiento

je trace

une ligne brûlante

s'il te faut rêver

cils fermés.

 

(Brenda)

 

Florilège - Livres enrichis 10

 

Sous un éclat de nuit, recueillir les mots
comme recueillir des présences éphémères
pour combler le vide des absents.
 
Sous un fragment de jour, capter le silence
comme cueillir un filet innocent de voix
pour crier au monde l’indicible.
 
Comme une note bleue trouble
un lieu d'ombre et de sang,
l'écho des ruines gémissantes
déchire le seuil de l'enfance.
 
Comme minuit sourd dans la pénombre,
scintille en douce une étincelle
qui palpite dans la nuit tiède
où pulsent les cendres de nos voix.
 
Et notre souffle ténu retenu
effleure nos lèvres sages
où se ramifie le mutisme.
 
Mais l'anarchie des heurts de nos coeurs
résiste aux ténèbres tissés d'absence
même quand se fissure la raison de nos pas.
 
Sous un éclat de lune, recueillir du bout des cils
une transparence effarée, des effacements
qui triomphent pourtant de l'oubli
tandis que reculent les arrêtes vives du temps.
 
Dans le ciel scintillent des effacements
constellations de nos élans.
 
Florilège - Livres enrichis 10

 

1

– penser que nous n’avions pas d’autre choix que de
nous réunir, l’accord tacite d’une direction
commune, comme une obligation mais délicate,
une mission fragile [...]

 

2

– penser c’est impossible
[...]

 

3

– penser le lendemain, le lever aux aurores et le départ dans le froid [...]

 

4

– penser à passer devant, l’œil jeté à gauche
rapidement, continuer, regretter, revenir en
arrière [...]

 

5

– penser les racines qui débordent du pot en terre cuite, s'étendent et s'allongent, cherchent l'eau et le soleil [...]

 

(Brenda)

 

 

violences douces éparpillés

les millions d'hommes semblables

passer devant Jeune ménage qui

jugulait fenêtre ouverte

alors boys don't cry the floor

ceux qui meublent les gouttes noirceurs

 

comme une comédie de la soif

entendons lever les crampes

à la mort des pauvres pleurons l'envie

comme la grève des syllabes

s'emporte le vent grave

des hommes endormis

 

(Logan)

 

 

 

surprenant au premier abord - puis je me laisse aller - je regarde un - je lis deux - je continue plusieurs - je cherche des idées d'articles - je trouve - j'écris - mais vouloir faire plus - alors je cherche - encore - encore - encore -  un simple remerciement - pas suffisant - alors je trouve - une correspondance numérique suffit - avec une imitation ce serait mieux - alors j'écris pour dire merci - merci de m'avoir fait découvrir un autre aspect de l'écriture poétique - j'admire le travail - j'essaie d'imiter bêtement - impossible - personnel - et pourtant - je continue - effacements - lire - plaisir - imaginer une histoire - de sa vie - de ma vie - être attirée par les cases - à tiret - déplacer la souris - le hasard - penser au temps d'écriture - au temps d'invention - continuer à lire - admiration - et puis - merci - merci - merci - merci - merci -

 

(Justine)

 

 

On se demandait si l'orage beuglerait quand viendrait la nuit comme un sourire forcé d'impuissance monotone. On parlait de courir les champs apprivoisés, qui ne fustigent qu'après les frénésies rutilantes, fortifiées comme la paroi des grands solistes qui plante les mains souillées dans la terre ignorée. Ou est passé le vent qui s'emballe à guider les pavements tapissés de lilas et de larmes folles qu'on aspire aux eaux délicieuses et perfides ? Que sont les blessures de fantaisie animée qu'on débourbe à ne plus s'en souvenir ?

Quelqu'un approche des collines hâlées, l'enfant s'en exhibe, dans la froideur de ce qui l'entoure.

Par qui oublie le sens des horloges.

 

(Logan)

 

Florilège - Livres enrichis 10

 

injonctions (3)

 
1. Ne pas invoquer les souvenirs, fantômes des limbes déchirées de la mémoire, sourde écholalie 
 
2. Balayer les filigranes enténébrés qui écorchent les lèvres  
 
3. S'avancer dans la blancheur d'éther du jour pâle et évanescent 
 
4. S'enivrer des caresses du ciel pourpre, du parfum frais du crépuscule et du pouls lent de la nuit 
 
5. Rire en ouvrant sa fenêtre à l'embellie, dans un grand éclat d'été rose
 
Florilège - Livres enrichis 10
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article