Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Youn

Didascalies - Le Jeu de l'amour et du hasard, II, 13

Acte II scène 13

 

Mario entre avec un demi sourire. Il est drapé d'un grand manteau avec lequel il joue pour dissimuler son visage le temps de quelques sourires fugaces.

 

Mario

Je viens te retrouver, ma sœur. Nous t’avons laissée dans des inquiétudes qui me touchent ; je veux t’en tirer, écoute-moi.

 

Silvia se retourne vers lui visiblement trop absorbée dans ses pensées pour remarquer son air badin.

 

Silvia, vivement.

Ah vraiment, mon frère, il y a bien d’autres nouvelles !

 

Mario

Qu’est-ce que c’est ?

 

Silvia

Ce n’est point Bourguignon, mon frère ; c’est Dorante.

 

Mario sursaute. Il feint d'être surpris, puis se cachant derrière son manteau éclate de rire et cabriole autours de sa soeur qui le regarde, surprise.

 

Mario, arrêtant son manège et se campant devant Silvia.

Duquel parlez-vous donc ?

 

Silvia

De lui, vous dis-je ; je viens de l’apprendre tout à l’heure. Il sort ; il me l’a dit lui-même.

 

Mario

Qui donc ?

 

Silvia, avec agacement.

Vous ne m’entendez donc pas ?

 

Mario s'effondre en arrière comme frappé par le regard de sa soeur.

 

Mario, secouant la tête.

Si j’y comprends rien, je veux mourir.

 

Silvia, décidée.

Venez, sortons d’ici ; allons trouver mon père, il faut qu’il le sache. J’aurai besoin de vous aussi, mon frère. Il me vient de nouvelles idées ; il faudra feindre de m’aimer. Vous en avez déjà dit quelque chose en badinant ; mais surtout gardez bien le secret, je vous en prie…

 

Mario laisse sa soeur sortir et éclate de rire, il cabriole en tout sens puis trébuche sur son manteau.

 

Mario, les mains en porte-voix.

Oh ! je le garderai bien, car je ne sais ce que c’est.

 

Silvia revient à grands pas, impatientée.

 

Silvia, le prenant par le bras.

Allons, mon frère, venez ; ne perdons point de temps. Il n’est jamais rien arrivé d’égal à cela.

 

Mario, levant les yeux au ciel de manière théâtrale.

Je prie le ciel qu’elle n’extravague pas.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article