Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Elise

Interprétation - Ana NB

on passe de l'intérieur à l'extérieur - on marche dans la vie dans les reflets de la vie - on s'arrête - la pierre ici dans l'ombre ressemble à une autre  pierre - et ce chemin couvert de soleil à un autre chemin - ne pas approcher le bord de - on marche comme un aveugle un mur comme appui - [...] - on écoute l'homme sa voix derrière le bruit  - on vole ses mots - on plaque ses mots quelque part - des mots comme des sorties de secours  - on improvise une danse brutale sur un chemin à l'écart  - on se perd dans un mouvement régulier - on passe de l'intérieur à l'extérieur - on attrape quelque chose pour renverser le jour -on dresse l'oubli de la nuit l'oubli du rêve - il fait si noir que pleurer nous est interdit
 
 - Ana Nb -
 
 
 
Interprétation :
Ce poème me fait penser au récit d'un rêve ou d'un cauchemar. Marcher dans les reflets de sa vie, c'est entrer dans son inconscient. Lorsqu'on ne reconnait pas l'univers de son rêve on est forcé de se rendre à l'évidence : on est aveugle d'une partie de notre propre nature. Quand Ana Nb nous parle de ses mots plaqués quelque part, on imagine des mots appris, retenus, lus qui tapissent notre esprit, notre coeur. Ces mêmes mots qui ressurgissent dans nos rêves et qui nous permettent de nous soulager d'idées trop imposantes, lourdes pour le monde réel.  Les souvenirs ne sont pas toujours bons, cependant ils sont là, en nous, ils font mal et parfois pour les éliminer il faut mettre des mots ou des images sur nos pensées les plus sombres. Souvent la nuit, il arrive de se perdre dans un mouvement régulier, peut-être l'auteur nous parle t'il des phases du cerveau, celles là mêmes qui nous font rêver,  qui nous aide à extérioriser, à nous libérer de ce qui se cache au plus profond de nous.
 
 
source image
Interprétation - Ana NB
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Merci Elise pour cette lecture du texte. Ce texte ( pour moi) parle plutôt du besoin vital de vivre un moment présent - et de puiser dans ce temps présent quelque chose : des mots entendus volés , un mouvement un corps - quelque chose pour écrire - et je veux je voudrais ( parfois ) cette écriture comme une danse brutale - je veux rendre l'écriture vivante dans le présent - je veux rendre vivant le temps présent - le temps de l'écriture vivant - et je veux je voudrais ( parfois) donner une force au plus sombre, par l ' écriture / par mon écriture - et c' est un mouvement / des mouvements de l'intérieur vers l'extérieur et de l'extérieur vers l'intérieur -
Répondre
E
Merci à vous pour ce commentaire aussi complet qu'instructif ! Ces éléments de réponse donne en effet une autre dimension à votre poème, un regard plus philosophique sur l'existence peut-être . Cette interprétation le rend plus beau encore et nous apportes une essentielle leçon de vie. Merci beaucoup pour tout cela.