Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Elise

Lecture cursive - Le grand Meaulnes

source image

 

Présentation de l'auteur : Henri Alban Fournier, plus connu sous son nom d'auteur, Alain-Fournier, est né le 3 octobre 1886 dans le Cher. Il est fils d'instituteurs et passe son enfance dans le Berry. Après une orientation compliquée, il souhaite entrer dans la Marine, pour cela il entre au lycée naval de Brest en 1901 puis choisi de passer un baccalauréat général. Après plusieurs tentatives il échoue lors du concours de l'Ecole Normale. A partir d’octobre 1907 et jusqu’en septembre 1909, il effectue son service militaire, d’abord à Vincennes puis à Paris. En 1910, après avoir décroché un poste de rédacteur à Paris-Journal, il entame sérieusement son unique roman (achevé), Le grand Meaulnes. Le roman sera sélectionné pour le prix Goncourt. Le 1er aout 1914, la guerre éclate. Alain-Fournier est mobilisé. Il trouve la mort le 22 septembre lors d'un combat dans un bois. Sa vie, malheureusement courte, à été fortement marquée par une grande amitié avec Jacques Rivière, rencontré au lycée et un amour impossible avec une jeune fille, Yvonne de Quiévrecourt. Ces deux éléments influenceront grandement son oeuvre.

Henri Alban Fournier à l'âge de 19 ans

Henri Alban Fournier à l'âge de 19 ans

Résumé du roman : Le roman retrace la vie d'Augustin Meaulnes. Elle est contée par son ancien camarade de classe et son ami, François Seurel. Il s'agit d'une histoire d'amitié née entre deux écoliers dans un petit village de Sologne près de Vierzon. Une vie tranquille, jusqu'à ce qu'Augustin assiste, lors d'une escapade hors de l'école, à une fête mystérieuse et poétique donnée à l'occasion de noces, dans un château qui lui était jusqu'à lors inconnu. Les principaux convives sont des enfants... Près du domaine sans nom, au bord d'un lac, il rencontre une jeune fille, Yvonne de Galais. Il en tombe instantanément amoureux. Cependant, la fête à prit fin faute de marié et la jeune fille a disparue. Le grand Meaulnes n'aura plus l'occasion de la revoir. Une fois rentré à l'école, il entraine son fidèle ami, François, à la recherche de ce domaine perdu et de cette jeune fille. Il parcourera la campagne sans relâche mais en vain. Le jeune homme de 19 ans abandonne et part faire ses études à Paris sans vraiment l'oublier. Resté en Sologne, François Seurel, retrouve par hasard la trace de la belle Yvonne...

 

Augustin Meaulnes : surnommé le grand Meaulnes par ses camarades, en raison de sa taille et de sa détermination ( comme on pourrait dire Alexandre le Grand). Lorsqu'il entre à l'école de Sainte-Agathe où il rencontre son ami François Seurel, il a 17 ans. Issu d'un milieu paysan, il a ses cheveux bruns rasés. Ce jeune homme téméraire et aventurier, tombe éperdûment amoureux d'une jeune fille rencontrée lors d'un fête mystérieuse, Yvonne de Galais. Il perd de vue cette belle blonde et passe ses journées d'écolier à mettre au point un plan et un itinéraire pour retrouver sa douce. Le jeune homme mystérieux, puisque décrit uniquement par son ami Seurel, fréquentait sans le savoir le frère de cette jeune fille, Frantz de Galais, se faisant passer pour un bohémien. Grâce à l'aide de ces deux amis, Augustin retrouve son aimée, se marie, et quitte le lendemain la maison conjugale pour remplir son devoir, retrouver Valentine, la femme aimée par Frantz. Le grand Meaulnes devient père, puis veuf et disparait de nouveau.

Ce récit d'adolescence est le symbole d'une époque révolue. Il ne faut pas perdre de vue que ce roman est principalement construit sur la vie d'Alain-Fournier elle-même. Cette histoire racontée par François Seurel ( sans doute symbole de Jacques Rivière pour Alain-Fournier) est à la fois un récit d'aventure et un récit d'amitié entre le mystérieux Augustin et François (si forte et empreinte d'une telle admiration que l'on pourrait penser à la présence de sentiments amoureux). Comme l'évoque Pierre Péju dans la préface du roman : "l'amitié masculine consiste  à s'aider mutuellement à retrouver la femme élue. [...] L'ami (ici Meaulnes) est donc celui qui aide à accepter l'hétérosexualié." Augustin Meaulnes apparaît comme un " marieur d'ami" puisque l'un de ses rôles est de retrouver la fiancée perdue de Frantz quitte à laisser sa jeune épouse. Il représente l'ami fidèle que rien ne destabilise.

Le grand Meaulnes a eu une enfance trop belle et s'heurtant à la vie et à l'adolescence, renonce au bonheur. Il n'accepte pas d'être heureux, il pense ne pas le mériter. Cet autre facteur justifie, d'une certaine manière, l'adandon d'Yvonne de Galais par Augustin. Le jeune homme se libère de cette vie conjugale, symbole de la vie adulte, pour continuer de courir les villes et la campagne du Cher. Lors de son retour aux Sablonnières, le grand Meaulnes devenu père, forme un nouveau couple avec sa fille et tente " de rejoindre quelque part cette enfance magnifiée et abolie qui l'a plus ou moins empéché de grandir ".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Élise 09/05/2015 13:50

Aaah ! Ça me fait plaisir alors ! C'est un livre que j'ai beaucoup aimé et je compte bien le partager avec d'autres :)

Justine 08/05/2015 14:06

J'aime beaucoup ta présentation et ton analyse, ce qui m'a donnée envie de lire le livre ! ;)