Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Amaëlle

Lecture cursive - La vie devant soi

Ce roman a été écrit par Romain Gary et a été édité pour la première fois en 1975. Gary reçut plusieurs fois le prix Goncourt. Son roman La vie devant soi se passe après la Deuxième Guerre Mondiale. C'est l'histoire d'une vielle Juive (Madame Rosa) qui était autres fois prostituée et qui a décidé de recueillir les enfants des femmes qui se prostituent, donc qui ne peuvent pas garder ou donner une bonne éducation. Elle s'occupe surtout d'un certain Momo depuis onze ans. Ce livre va nous faire suivre la fin de leurs aventures ensemble.

 

 

              Je vous présente le plus gentil pensionnaire de Madame Rosa, il s'appelle Mohammed, mais il préfère Momo. C'est un bon petit de 10ans, enfin à ce qu'on croyait jusqu'à ce que son père débarque, il avait en fait 14ans (petite ruse de Madame Rosa de peur qu'il l'abandonne s'il était trop vieux). Un jour on toqua à la porte, le petit métis aux yeux bleus est allé ouvrir, par la suite il comprit que c'était son père qu'il n'avait jamais vu. Il apprit que sa mère s'appelait Aïcha, que c'était une des meilleures prostituées et que son père était son proxénète, jusqu'à ce qu'il la tue dans une crise de folie et se face enfermer durant 11 ans en psychiatrie. Heureusement pour Momo ce n''est pas héréditaire, lui c'est un gamin calme, très attentif aux personnes, surtout avec Madame Rosa. Il est mature et très réfléchi pour son âge, c'est pourquoi l'école ne voulait pas de lui. Sa manière de penser est particulière pour son âge, il comprend bien les événement qui se passent autour de lui, et n'est pas comme la plupart des jeunes à ne voir que des personnes friper à la place de personne qui sont comme eux avec la vie qui les a marqués. Momo arrive aussi a comprendre les coups que la société fait pour abrutir les gens, tout ça il le tient de son éducation avec Madame Rosa. Si vous lisez se livre vous aurez l'honneur de rencontrer Momo c'est lui qui raconte l'histoire. 
 

 

Création : Blâme 

 

Mon père, 

Je t'écris cette lettre sans savoir pourquoi, parce que tu es mort il y a quelques jours devant mes yeux, alors que je venais de te rencontrer, si c'est pas tragique ! Mais au fond je m'en fous, c'est peut-être méchant de ma part, mais je vois pas une seule raison qui me ferais te regretter. Tout d'abord t'as tué ma mère, moi qui durant toute mon enfance ai pensé que c'était qu'une toxico qui en avait rien à faire d'avoir eu un enfant, alors qu'au lieu de ça elle s'est faite tuer par toi. Et pourquoi ? Parce que t'avais une crise de folie ou jalousie. Jamais j'arriverai à te le pardonner, car si tu ne l'avais pas tuée, si ça se trouve j'aurais grandi aux côtés de ma mère. Je vais pas me plaindre sur la façon dont m'a accueilli et élevé Madame Rosa parce que j'ai envie de dire heureusement qu'elle existait ! Sinon je sais pas où j'aurais fini avec tes conneries. Je suis sûr  que t'en avais rien a faire de moi, juste tes onze ans enfermés dans ce trou de fou ont dû te faire regretter ce que t'as fait. Parce que sincèrement faut vraiment être con pour tuer la femme qu'on aime et de plus la mère de son enfant et venir après dire que ce n'est pas de sa faute. Tout ce qui t’intéressait c'était l'argent je suppose, comme tous les proxénètes. Je remercie Allah de ne pas avoir grandi à tes côtés. Qu'il te donne ce que tu mérites. 


 

Ton fils, adieu.

 

photo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article