Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Logan

Jugement/Réflexions - Ishow

 

   Du grand et pur concentré de magie virtuelle qui ne touche pas tout le monde, malheureusement... Je veux dire, j'ai bien senti que mon voisin, bon sexagénaire, ne saisissait pas tout, j'ai bien senti celui-ci complètement outré des images présentées à lui ici. Je me suis senti mal à l'aise, mal à l'aise pour une génération présente dans la salle, à laquelle on présente quelque chose d'inconnu (internet donc), à travers un voyeurisme dégagé et un accès à des abîmes d'une bassesse humaine répugnante... Bref, INTERNET.

   Et Internet peut être merveilleux. En fait il ne dépend en fait que de nous de le rendre merveilleux ou pas, nous en sommes maîtres, et c'est comme ça que j'ai interprété ce Ishow.

Internet c'est quoi ? C'est... :

 

   De l'érotomanie qui coule à gogo, une érotomanie complètement libérée qui vient générer une émancipation totale du corps nu. Un corps nu, cantonné derrière une barrière virtuelle, finalement assez mince. Internet est un monde ou il y a très très peu de règles, et des règles facilement contournables. Alors on assiste à une foire délirante, un voyeurisme affirmé qui se lie à une exhibition débordante, bien sûr impossible dans la vraie vie. On se permet à tant de choses derrière un écran, on s'adonne à des fantasmes interdits, on désire, qui ? On ne sait pas, mais l'on désire d'une manière totalement violente et enragée. Désir qui se traduit donc par le voyeurisme. Puisque c'est la dessus que le spectacle souhaite mettre l'accent : le voyeurisme. Il nous est possible d’accéder à des fantasmes, aussi malsains soient-ils. Je veux assister à une dissection barbare et immorale, je peux le faire ? Sérieusement ? Et bien oui je peux, en quelques clics j'y trouve mon compte. Merci Internet. Et personne ne sera au courant. Oui mais on peut y échapper, assez facilement même.

 

   J'ai trouvé ce spectacle tellement intéressant. Je n'y ai rien appris personnellement, puisque je pense connaître internet suffisamment bien pour savoir qu'il n'y a pas de limites sur internet. Mais il a pu être enrichissant pour beaucoup. Car ici on a tout simplement assisté à une présentation, sans hypocrisie, d'internet. Parce qu'en allant sur internet, on peut choisir d'aller regarder des chatons trop mignons sur youtube ou de regarder des vidéos de meurtre. Et je pense qu'on peut même assister à des vidéos de meurtre de chatons... Mais bref !

 

   Je suis assez désolé pour ceux qui ont pu être choqués de l'exhibition érotique assez crûe à laquelle nous avons pu assister ce soir. Cette exhibition uniquement virtuelle j'entends bien. Excusez moi mais je trouve cela assez con de ne s’arrêter qu'a cela, de ne pas chercher à comprendre pourquoi ? Pourquoi cette exhibition barbare ? Pour nous confronter au relâchement, si ce n'est l'abandon des mœurs, voire même l'abandon de soi sur internet. Tout cela a un sens. Oui nous foutre des parties génitales sur grand écran peut peut-être créer un malaise. Pour sur c'est surprenant. Je dirai même que c'est assez couillu (excusez moi). Le spectacle n'avait pas pour but de briser le joug d'innocence de certains, mais de leur dire : « voilà ce que l'on peut trouver sur internet, oui c'est crade, oui c'est malsain, oui c'est gênant, mais voilà ces gens là s’exposent, se montrent, se dévoilent, ça vous met mal à l'aise ? Je ne vois pas en quoi... c'en est presque beau de voir des hommes et des femmes se livrer au désir... »

 

   Peut-être certains vont me prendre pour un naturiste en herbe, un amateur d’exhibitionnisme après cet article, je vous rassure, il n'en est rien.

 

   Parce qu'internet, c'est une disparition des tabous. Du no-limit concentré. Un homme n'est pas exactement le même derrière un écran que dans la vraie vie.

 

   Un spectacle que je juge donc intelligent, et tout de mêmeassez enthousiasmant, drôle et touchant.

 

   Lara Fabian, Celine Dion, le premier ministre canadien, Imagine, une chèvre qui chante Imagine, un fan de star wars, un « double rainbow », Cyrano de Bergerac... et nous. Tout simplement.

 

 

 

 

source-image

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Tu m'as fais voir une autre version du spectacle que j'apprécie d'autant plus, merci Logan ! :)
Répondre