Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Cécile

formes de peu_98 (a_ symétrique)

Le « dire sans voix » du « Dépeupleur » de Beckett. On sent ici quelque chose qui évoque l'absurde, à la fois Beckett et Ionesco. Beckett par le début déjà cité et aussi « l'informe  - du temps  que creuse déjà », cette impression de logique et d'illogique, d'achevé et d'inachevé. Ionesco par « dedans quoi sera » et « sans nom un dessein – une phrase » qui font penser irrésistiblement aux dialogues absurdes de « La Cantatrice Chauve.  L'inanité des mots, en quelque sorte. Peut-être celle du Destin et des faits.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Yves Fick 14/05/2015 13:50

Beckett, oui, et sans aucun doute, Beckett et Koltès plus encore qu'Ionesco. Et le poème ou la scène, elle qui se sait transitoire, comme seul recours à l'inanité autour. Bibelot, disait l'autre.