Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Hannah

Variante - Louise Labé : sonnet 7

En 1555, l’imprimeur Jean de Tournes publie à Lyon un recueil des Œuvres de Louise Labé.

En 2015, les lycéens d’i-voix découvrent à Brest un manuscrit ignoré : les Sonnets de Louise Labé écrits de la main de la Belle Cordière elle-même !

Or ce manuscrit présente d’intéressantes variantes par rapport au recueil alors publié.

Voici ces variantes enfin révélées, avec annotations par les lycéens eux-mêmes !

Variante - Louise Labé : sonnet 7

 

Sonnet (1555)

 

On voit mourir toutes chose animée

Lors que du corps l'âme subtile part.

Je suis le corps, toi la meilleure part :

Où es-tu donc, ô âme bien-aimée?

 

Ne me laissez par si longtemps pâmée,

Pour me sauver après viendrais trop tard.

Las! ne mets point ton corps en ce hasard:

Rends-lui sa part et moitié estimée.

 

Mais fais, Ami, que ne soit dangereuse

Cette rencontre et revenue amoureuse,

L'accompagnant, non de sévérité,

 

Non de rigueur, mais de grâce amiable,

Qui doucement me rende ta beauté,

Jadis cruelle, à présent favorable.

 

 

I-sonnet

le sonnet retrouvé

 

On voit mourir toutes les1 choses aimées2.

Lors que du corps l'âme subtile part.

Je suis le corps, toi la meilleure part :

Où es-tu donc, ô âme tendre3 aimée?

 

Ne me laissez par4 si longtemps espérée5,

Pour me sauver après viendrais trop tard.

Las! ne mets point ton corps en ce hasard:

Rends-lui sa part et moitié estimée.

 

Mais fais, Ami, que ne soit dangereuse

Cette rencontre et revenue amoureuse,

L'accompagnant, non de sévérité,

 

Non de rigueur, mais de grâce amiable,

Qui doucement me rende ta beauté,

Naguère atroce, aujourd'hui convenable6

 

 

 

Notes

 

1) "les" avait été écrit en rapport avec "aimées" (note 2) mais a été enlevé dans la version que Louise Labé a reprise car il y avait trop de syllabes : erreur de versification heureusement corrigée !.

2)"aimées" était le premier mot que Louise Labé avait écrit : elle parle énormément de la mort et de l'amour et avait combiné les deux dans cette phrase. Elle jugea plus juste de remplacer "aimées" par "animée" car tout a le pouvoir de mourir, notre coeur par exemple, et pourtant nous ne portons pas d'affection à notre coeur.

3) Louise Labé avait écrit "tendre" pour "tendrement" aimée mais elle préféra changer cela en "bien-aimée", un synonyme de "tendrement", mot composé dont la sonorité était préférée.

4) le mot "par" n'existait pas dans la version originale. Tout simplement car le nombre de syllabes aurait été trop long !

5) "espérée" le sens est totalement différent de "pâmée", mais sur le coup, peut-être espérait-elle que quelqu'un vienne à ses côtés?

6) Tout ce vers a été changé pourtant : même rime, même longueur de vers. Louise Labé voulait s'exprimer dans une langue plus soutenue, le mot "aujourd'hui" ne pouvait fonctionner. Le mot "convenable" n'était certainement pas assez fort pour ce qu'elle voulait exprimer et au contraire "atroce" était bien trop fort.

Variante - Louise Labé : sonnet 7
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article