Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Justine

Ceci est une transformation du poème 100 papiers, écrit au départ en prose sans ponctuation.

 

papier

                                       papiers

papapiers, mamapiers

papiers avont perdu pieds sans papiers, sommes

sommes une somme de papapiers

sommes une somme de mamapiers

                                                            sommes

                                                            sommes pas 

sommes assomés

sommés de donner papiers de papapiers et mamapiers

                                 sinon

ne sommes pas qu'il disent ce qui nous somment 

et nous assènent que ne sommes pas

veulent tout savoir de nous 

qui ne savons pas demain 

mon nom est demain

dit l'un. 

mon nom est sans lendemain 

dit l'autre. 

 

avons perdu pieds

nous ont pris sous les bras pour nous porter

nous déporter

nous                   expulser 

la mère l'avait qu'à pas qu'ils disent vous               expulser

qu'il disent vade retro 

qui disent tous ceux-là 

qui parlent au nom de

au nom de

nos noms

et pourquoi qu'ils veulent nos livres

            de papiers

ils ont l'âme si froide qu'ils en font un feu 

ils nous brûlent pour se réchauffer

je m'appelle lumière 

dit encore l'enfant, qui saute dans la marelle 

avec enfer

plus grand que ciel.

 

chaque matin voit

dans l'aube

un visage 

sans 

                                      papiers

la brume est déchirée par les contrôleurs chaque matin 

dans la vitrine d'un boulanger est posée

la tête de

l'étranger.

Transformation - Michaël Glück
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article