Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Marina

Thème - Le père Goriot

          En lisant Le père Goriot de Honoré de Balzac, je me suis rendue compte que l'un des thèmes dominants du roman était avant tout la paternité.

       

       En effet, Jean-Joaquim Goriot, a un amour paternel, presque obsessionnel mais passionnel pour ses deux filles : Anastasie de Restaud et Delphine de Nucingen. Obsédé par le bonheur de ses filles, il est prêt à satisfaire tous leurs moindre désirs, et est très laxiste sur l'éducation de ses filles pour parvenir à un équilibre familial qui visiblement ne va pas fonctionner. 

   

      Monsieur Goriot semble en faite sans cesse vouloir acheter l'amour de ses filles à travers son argent qui peu à peu va s'envoler tout comme l'amour de ses filles et de ses gendres qui vont le rejeter. Anastasie de Restaud et Delphine de Nucingen faisant partie de la haute société parisienne ont honte de leur père et sont totalement ingrates et indignes envers cette homme qui oublie sa propre existence pour leur bien être.

       

         L'argent, la bourgoisie dans ce monde où règne une hypocrisie et une cruauté sans limites, sont plus fort que tout et cela se voit notamment quand Goriot meurt. Ces deux filles ne viennent pas à son enterrement et c'est finalement Eugène de Rastignac et Christophe qui se rendent à son enterrement. C'est ainsi que Le père Goriot meurt d'une crise d'apoplexie découvrant que ses filles sont en fait dans une situation désastreuse financière.

     

        Ce père aimant d'un amour peut être trop passionnel est en fait peut-être trop etouffant avec sesces filles et on peut se demander si ce n'est pas cela qui a incité ses deux filles à s'éloigner de lui. De plus, Mr Goriot est veuf, ce qui peut être l'oblige à vouloir assumer à la fois le rôle paternel, ainsi que le rôle maternel, le rendant finalement trop protecteur. L'ancien vermicellier qui perd son existence étouffé par cette amour qui le tue un peu plus de jour en jour est emporté par celui-ci, trop fort, le rendant presque esclave.

 

source image

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article