Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Brenda

Roman à entendre - Le Père Goriot

Ce passage de l'oeuvre, fait sans doute référence à Clément Janequin.

" L’employé au Muséum s’étant avisé de reproduire un cri de Paris qui avait de l’analogie avec le miaulement du chat amoureux, aussitôt huit voix beuglèrent simultanément les phrases suivantes : – À repasser les couteaux ! – Mo-ron pour les p’tits oiseaux ! – Voilà le plaisir, mesdames, voilà le plaisir ! – À raccommoder la faïence ! – À la barque, à la barque ! – Battez vos femmes, vos habits ! – Vieux habits, vieux galons, vieux chapeaux à vendre ! – À la cerise, à la douce ! La palme fut à Bianchon pour l’accent nasillard avec lequel il cria : – Marchand de parapluies ! En quelques instants ce fut un tapage à casser la tête, une conversation pleine de coqs- à-l’âne, un véritable opéra que Vautrin conduisait comme un chef d’orchestre " (page 245)

 

Clément Janequin est né en 1485 et mort en 1558, c'était un compositeur, chanteur et prêtre. Il était connu dans l'Europe toute entière, surtout pour ses créations polyphoniques dont Les Cris de Paris (ou Voulez ouÿr les cris de Paris ?) font partie. Il s'agit d'une sorte de compilation des cris de marchands ambulants qui cherchaient à attirer le plus de monde possible en hurlant, comme le titre l'indique. Cette oeuvre est donc clairement représentative du "folklore" de Paris au XVIe siècle : une ville animée, vivante, populaire aussi. Le concept de Janequin a été repris en 2005 par Régis Campo (compositeur) qui nous proposa alors les Cris de Marseille.

 

 

sourceimage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article