Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Morgane

FLASH INFO GOSSIP GIRL !

Cliquez sur l'image pour bien voir la page de mon blog en entier !

Cliquez sur l'image pour bien voir la page de mon blog en entier !

Debout, debout, jeunesse dorée de Paris !

Ici Gossip Girl, celle qui révèle au grand jour

ce que l'élite parisienne se donne tant de mal à cacher...

 
Le soleil se lève lentement sur le Quartier latin et le faubourg Saint-Marceau,
et tandis que l'élite parisienne dort encore...
cela s'agite déjà rue Neuve-Sainte-Geneviève !
 

 

L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, et on dirait que le bon père G. l'a bien compris... Une de mes nombreuses et fidèles sources a aperçu ce cher homme sortir de bonne heure d'une certaine pension, bravant l'épais brouillard de l'aube d'un pas prudent, un mystérieux paquet sous le bras... Cette même source jurerait l'avoir vu quelques minutes plus tard rue Dauphine chez un orfèvre, puis rue des Grès, chez Gobseck. Sans s'appercevoir qu'il était filé.

Prends garde à toi, bon père G., ton petit trafic n'a pas échappé à l'oeil perçant de V....

 

Aperçu également en début d'après midi : l'étudiant solitaire fort élégamment vêtu se rendant d'un pied ardi rue du Helder avec l'air ambitieux de celui qui a plus d'une idée derrière la tête. Je tiens de source sûre qu'on le trouva à peine une demi-heure après sur le perron, la pluie dégoulinant sur ses bottes et son pantalon crotté, de fort méchante humeur. Il parait que la mention d'un certain nom a bien déplu à la maîtresse de maison... Notre cher E. de R. ne se démonte pourtant pas : n'est-ce-pas lui à bord d'une voiture en route pour la rue de Grenelle au faubourg Saint-Germain...?

Sois prudent, étudiant solitaire, qui sème le vent récolte la tempête...

 

Aperçu quelques jours après : le sinistre V. en compagnie de notre E. de R. (encore lui !), complotant dans l'arrière cour d'une certaine pension... Le bruit court qu'ils s'entretenaient de bien sérieuses affaires... ou de magouilles malhonnêtes !

Méfiez-vous tout le monde, il se pourrait bien qu'une alliance méphistophélique vienne de naître dans l'ombre...

 

Aperçu de nouveau : l'étudiant solitaire plus si solitaire que ça, au bras de sa cousine Mme de B., dans une loge privilégiée des Italiens. Le bel E. de R. n'aurait eu d'yeux que pour une sublime femme à l'humeur étrangement boudeuse... Il parait même qu'il lui aurait rendu visite dans sa loge. La belle D. de N. tombera-t-elle sous le charme de notre étudiant vedette ?

Moi je vous le dis, il y a de l'amûûûûr dans l'air...!

 

Aperçu beaucoup plus tard : le sieur P. et la demoiselle M. assis sur un banc dans une allée solitaire du Jardin des plantes. Le soleil aurait capté un éclat de conspiration dans leurs regards alors qu'ils causaient avec le chef de police G. Est-ce un hasard si quelques jours plus tard le sieur V. se trouve démasqué et emmené par la police ? Il semblerait qu'il porte en réalité le doux surnom de Trompe-la-Mort, et qu'il fut un forçat évadé du bagne ! Quel scoop mes amis ! Vous êtes nombreux à m'avoir assuré que vous aviez toujours trouvé ce triste sir suspect. Je ne peux qu'approuver.

Tu trompes peut-être la mort, V. (ou plutôt Jacques Collin, semblerait-il), mais tu n'as pas su tromper l'attention de P. et M., les éternels complices.

Ne te l'a-t-on jamais dit ? A jouer avec le feu, on se brûle !

 

Entendue : la rumeur dorée d'une fête qui gronde au Faubourg Saint-Germain... Mme de B. vient d'apprendre que son amant en épouse une autre, et le tout Paris afflue chez elle pour la voir cacher sa douleur. Seul E. de R. et la duchesse de L. savent que la maîtresse de maison a prévu de fuir très loin de ce ballet écoeurant, dès que les derniers sons de la fête s'évanouiront dans l'air froid. Et, comme un écho sinistre à ce déploiement de richesses et d'hypocrisie, le râle du père G. résonne depuis le fond de sa mansarde miteuse jusqu'au oreilles sourdes de ses filles.

Il semblerait que Paris perdent plus d'une de ses belles âmes ce soir...

 

Aperçu enfin : l'étudiant solitaire plus seul que jamais, les chaussures s'embourbant dans la triste terre d'un cimetière. A quelques pas de lui, sous un sol fraîchement et hativement retourné, gît le bon père G., que son amour inconditionnel de père aura finit par tuer, et avec lui repose l'innocence de l'étudiant solitaire. Les lumières de Paris brillent pourtant avidemment dans ses yeux lorsque qu'il lance à cette ruche bourdonnante le défi suivant : "A nous deux maintenant !". On dirait bien que notre cher E. de R. ne compte pas renoncer à parvenir !

Si j'étais vous, je me méfierais, je ne donne pas cher payé de quiconque se dressera sur sa route vers le beau monde. Il semble fin prêt à franchir le Rubicon parisien...

 

Allez, bonne nuit Paris, faites de beaux rêves de grandeur.

Vous m'adorez, ne dîtes pas le contraire.

XOXO (bisous bisous)

Gossip Girl.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Morgane 07/05/2015 18:14

Ahah, merci ! Oui, je me suis rendue compte que cette série et l'histoire du "Père Goriot" (surtout celle de Rastignac en fait) étaient beaucoup plus proches qu'on ne le pense d'un prime abord... ;)

Justine 04/05/2015 18:36

J'aime beaucoup l'idée du rapprochement avec Gossip Girl ! C'est super intéressant :)