Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Justine

Lecture cursive - L'Etranger

Présentation :

L'Etranger a été écrit par Albert Camus et paru en 1942. Ce roman fait partie de la trétralogie (oeuvre composée en quatre parties) appelée " cycle de l'absurde ". Camus a donc écrit quatre oeuvres de genres différents pour analyser l'absurde : L'Etranger (roman), Le Mythe de Sisyphe (essai), Caligula et Le Malentendu (théâtre).

 

Résumé :

L'histoire débute à Alger, par la réception d'un télégramme annonçant la mort de la mère de Meursault. Mais il n'est pas très affecté, il ne montre pas ses émotions. Il continue malgré tout, de vivre sa petite vie plaisible, avec Marie, sa nouvelle maîtresse qu'il rencontre le lendemain de l'enterrement de sa mère. Il se fait également un copain, Raymond qui lui demande souvent de l'aide pour éviter des galères. Ils sortent un week end en bord de mer, et Raymond se fait suivre par un groupe qui lui veut du mal. Meursault prend part à cette représaille et par la suite, il lui arrive un malheur : il tue, presque inconsciemment, celui qui voulait la tête de Raymond ... C'est alors la chute de Meursault en prison.

 

Illustration issue de la bande dessinée L'Etranger de Jacques Ferrandez

Illustration issue de la bande dessinée L'Etranger de Jacques Ferrandez

Analyse du personnage de Meursault

 

    Albert Camus ne décrit pas Meursault. D'abord, Meursault est-ce son nom ou son prénom ? On ne le sait pas. Nous n'avons pas beaucoup d'informations à son sujet : il travaille dans un bureau et ne connaît pas son père. Il habite à Alger et c'est un homme assez foncé de peau, brun. Avec cela nous ne pouvons pas réellement nous faire une idée de cet homme. Il est assez mystérieux. L'auteur nous pose déjà le type de personnage, son caractère.  

    Il est passif. Il ne se soucie pas des événements qui se passent autour de lui, ils devaient se passer. Il n'est qu'à plusieurs moments spectateur de sa vie, il laisse couler, répond souvent "d'accord", "je ne sais pas", il ne donne pas son avis. C'est justement ce qu'il lui est reproché lors de son procès ... 

    On peut remarquer tout au long du roman, que Meursault reste le même du début à la fin. Il n'essaie pas de se modifier. Ici, ça devient plus qu'absurde parce qu'en réalité, toutes les épreuves que l'on a dans notre vie nous forgent, nous changent automatiquement : est-ce-qu'il vit réellement ? Parce qu'au final il n'apprend pas grand chose de sa vie à part la haine que les personnes peuvent avoir. En particulier pour lui. 

    Tout ce roman est basé sur l'absurde: l'histoire en elle-même, pas  seulement ce personnage qui est indescriptible. En effet, Meursault ne fait qu'aider, il n'avait pas non plus trop le choix, c'était presque imposé, il était gentil. Mais malgré sa nonchalance vis à vis de sa propre vie, il tue. Son destin, qui était peut-être tracé à l'avance, est absurde. Pourquoi lui ? Il n'agit pas, mais une seule fois il fait un choix, presque inconsciemment, mais il le fait. Et pourtant il reste lui-même à ses dépends, et on le condamne un peu pour ça. Pour être lui-même. C'est toujours et encore absurde. C'est possible que l'auteur, à travers ce roman essaie de faire passer sa propre vision sur sa société (celle de 1942) qui lui paraît peut-être absurde, qui n'agit pas, comme Meursault.

    De plus, le titre l'Etranger montre bien que le personnage est étranger à sa vie, étranger vis à vis des autres, de leur vision du monde. C'est donc un bon qualificatif pour Meursault.   

    

Est-ce absurde d'être Etranger à la société dans laquelle on vit ? 

 

Source image 1

Source image 2 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article