Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Marie-Alice

Variante - Louise Labé : sonnet 11

En 1555, l’imprimeur Jean de Tournes publie à Lyon un recueil des Œuvres de Louise Labé.

En 2015, les lycéens d’i-voix découvrent à Brest un manuscrit ignoré : les Sonnets de Louise Labé écrits de la main de la Belle Cordière elle-même !

Or ce manuscrit présente d’intéressantes variantes par rapport au recueil alors publié.

Voici ces variantes enfin révélées, avec annotations par les lycéens eux-mêmes !

Variante - Louise Labé : sonnet 11

Sonnet (1555)

 

Ô doux regards, ô yeux pleins de beauté
Petits jardins pleins de fleurs amoureuses
Où sont d'Amour les flèches dangereuses,
Tant à vous voir mon oeil s'est arrêté !

Ô coeur félon, ô rude cruauté,
Tant tu me tiens de façons rigoureuses,
Tant j'ai coulé de larmes langoureuses,
Santant l'ardeur de mon coeur tourmenté !

Doncques, mes yeux, tant de plaisir avez,
Tant de bons tours par ces yeux recevez ;
Mais toi, mon coeur, plus les vois s'y complaire,

Plus tu languis, plus en as de souci.
Or devinez si je suis aise aussi,
Sentant mon oeil être à mon coeur contraire.

 

Variante

 

Ô doux regards, ô yeux pleins de beauté,
Grands1 jardins,  petites2 fleurs amoureuses
Où sont d'Amour les flèches dangereuses,
Tant à vous voir mon œil s'est arrêté !

Ô cœur trompeur3, ô rude cruauté,
Je rêve de façons aventureuses4,
J'ai coulé tant de larmes malheureuses5,
Sentant que ton regard s'est éloigné6 !

Doncques, mes yeux, tant de plaisir avez,
Tant de bons tours par ces yeux recevez ;
Mais toi, mon cœur, plus les vois s'y complaire,

Plus tu attends, plus en as de souci,
Or devinez si je suis aise aussi,
Mon cœur s'est exclamé tout le7 contraire.

 

 

Notes

 

1- Louise Labé aurait d'abord écrit "Grands jardins " avant d'écrire "Petits jardins" parce qu'il n'y a pas de petits jardins pour elle. Ils sont tous grands et majestueux par leur beauté naturelle.

2- Elle écrit que les fleurs sont petites pour montrer que les fleurs sont belles.

3- Elle aurait d'abord choisi de décrire le "coeur" avec l'adjectif "trompeur". Ne trouvant pas ce mot assez poétique, elle l'aurait remplacé par son synonyme "félon".

4- Louise Labé rêve d'aventure heureuse parce qu'elle est encore sous l'emprise du charme de son amant.

5- Les larmes expriment ici de la tristesse et non de la joie.

6- Le regard d'Olivier probablement s'est détourné. 

7- Son coeur lui dit ce qu'elle veut entendre.

Variante - Louise Labé : sonnet 11
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article