Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Justine

Présentation :

Le rêve Botticelli est le deuxième roman de la triologie de Sophie Chauveau. En effet, ce livre a été écrit en 2005, deux ans après la parution du premier tome, La passion Lippi et c'est en 2007 que s'achève la triologie avec L'obscession Vinci. Comme son titre l'indique, Le rêve Botticelli se tourne vers la vie du peintre Sandro Botticelli tout en décrivant la ville de Florence à la Renaissance. 

Lien vers la bande annonce

Bande annonce du livre

Résumé :

L'histoire se déroule à Florence, sous le règne de Laurent de Médicis. C'est ici que vont naître les plus grandes oeuvres de la Renaissance, et notamment celles de Alessandro Filipepi surnommé Boticello (petit tonneau). L'oeuvre de Sophie Chauveau se focalise sur l'extraodinaire apogée de ce peintre, demandé de tous, ainsi que tous les petits malheurs et bonheurs qu'a rencontrés l'artiste. De ses folles aventures amoureuses avec Pipo, le fils Lippi, de ses amitiés avec Léonard de Vinci ou Diamante, de ses créations, et notamment la Naissance de Vénus, et de ses états d'âmes, Sophie Chauveau nous dévoile Botticelli sous toutes les coutures, de même que Florence, ville phare de la Renaissance.

 

Oeuvre sur la Renaissance ?

Il est vrai que cette oeuvre est totalement portée sur la Renaissance, tout d'abord par son cadre spatio-temporel. Le roman débute en 1473, soit en pleine période de la Renaissance italienne, et en particulier à Florence, le berceau de la Renaissance. Evidemment le personnage principal, Sandro Botticelli, est un des plus célèbres peintres de la Renaissance.

Ce roman fait l'éloge de la peinture. En effet, tout au long de l'histoire nous suivons la vie quotidienne et parfois intime du peintre Sandro Botticelli : on remarque que celui-ci a une vie assez tranquille, il est glorifié par les Médicis et adulé de tous ; d'où le titre Le rêve Botticelli car à cette époque, tout le monde voulait vivre la vie de rêve de ce fameux peintre. Sophie Chauveau s'attarde sur chaque détail de la réalisation des peintures de Botticelli, que ce soit la recherche de la couleur parfaite, les détails sur le visage, les ressemblances avec des personnes réelles que peut faire Botticelli dans ses oeuvres ou encore l'insistance sur le nu qui deviendra par la suite, la marque de fabrique de Botticelli. C'est ainsi que l'auteure glorifie la peinture de la Renaissance, très importante dans la période Renaissance.

De plus, Sophie Chauveau décrit Florence comme une ville libre et qui évite les lois de l'Eglise. Le nu apparaît dans les tableaux et les fresques, l'homosexualité apparaît dans les rues de Florence, même si les amants doivent se cacher encore, par exemple, Botticelli ne nie pas être homosexuel : l'homme peut aimer un autre homme. C'est avec l'exemple de l'homosexualité que Sophie Chauveau fait l'éloge de l'Humanisme en montrant Botticelli, personnage central du roman, dans sa vraie nature, l'homme au naturel comme les principes de base de l'Humanisme

C'est vers la fin du roman que l'on découvre un blâme de la religion et de l'Eglise avec l'apparition de Savonarole, un frère dominicain, qui prend le pouvoir après la mort de Laurent de Médicis. La Peste arrive alors à Florence et c'est le début du déclin de cette ville, beaucoup de personnes meurent, et les moines profitent pour régner à Florence. Ainsi, tous les nus peints, sculptés, doivent brûler, donc la plupart des oeuvres de Boticelli ou même le célèbre David. Après l'épidémie, Florence ne connaît plus autant son succès d'antan et refuse les homosexuels dans la ville, c'est pour cela que beaucoup d'artistes quittent Florence pour éviter les coups que les enfants peuvent leur infliger en les voyant. Florence devient une ville malsaine, sous la plume de l'auteure. Ici, on retombe dans les idéaux du Moyen-Âge qui sont contraire à l'Humanisme.

Sophie Chauveau, je trouve, idolâtre beaucoup la peinture de la Renaissance qui devient vraiment libre. Et c'est avec l'apparition de l'Eglise au pouvoir, dans le roman, que la Renaissance s'efface petit à petit : le blâme de l'Eglise renvoie à un blâme du Moyen-Âge.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Justine 04/03/2015 19:57

Merci tout le monde ! :)

Thomas 04/03/2015 19:54

J'ai bien aimé, stylé!

Hannah 04/03/2015 19:26

J'adore! :D

Morgane 04/03/2015 18:49

Vraiment sympa ta bande-annonce, Justine ! ;)