Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Marie-Alice

Un très grand bonjour à notre ami Eugène de Rastignac !

 

Tout d'abord comment allez-vous ?

bien

Bon, commençons cette longue série de questions :

D'où êtes-vous originaire?

De Charente

Racontez-nous comment c'était la-bas 

Je n'était pas très heureux. On était tellement pauvre qu'on ne pouvait même pas payer une dot pour ma soeur. Ma famille s'est beaucoup appauvrie à cause des changements politiques. L'ascension sociale est devenue ma priorité et celle de la majorité du peuple. 

Et maintenant comment vous sentez-vous ?

Pas très bien. J'ai versé mes dernières larmes de jeune homme lors du décès de Joachim Goriot. Mes études à Paris ont ruiné ma famille mais je sens que je vais vite m'enrichir. J'ai réussi à m'incruster dans la haute société du bourg St-Germain. Ce n'était pas évident. Enfin, j'ai réussi à sortir de cette satanée pension Vauquer et du quartier latin des étudiants!

Comment cette Pension Vauquer était-elle ?

Le quartier Latin était désert, angoissant, étrange et très pauvre. Elle était sale. On aurait dit une Porcherie. Il n'y avait pas beaucoup de pensionnaires. Nous étions 7 : Vautrin, le Père Goriot, Mlle Michonneau, Poiret, Mlle Taillefer, madame Couture, et moi. Il y avait également Madame Vauquer, la grosse Sylvie, ... et Bianchon. Cette vie était communautaire. Chacun payait son loyer et avait son propre appartement. On avait toutefois des moments conviviaux lorsqu'on dînait.

Aviez-vous des amis ?

Oui, je me suis lié d'amitié au début avec Bianchon. C'était un étudiant en médecine qui ne venait à la pension uniquement pour dîner.

Ensuite mon deuxième ami fut Joachim Goriot. Je fus attendri par sa triste situation. Il était abandonné de tous. Il restait dans cette horrible pension en attendant désespérément la visite de ses filles. Il avait tout fait pour les rendre heureuses. Seuls Bianchon et moi sommes restés à son chevet. Joachim croyait que ses filles y étaient aussi. Je n'ai pas osé lui dire la vérité.

Pourquoi dites-vous Joachim Goriot et non le père Goriot comme la plupart des Personnages ?

Je trouve que nom a des connotations négatives. Quand on ne le connaît pas, on peut penser qu'il est avare. Il est certes très riche mais il ne profite pas beaucoup de son argent. Il le donne à ses deux filles. De plus, il a gagné son argent en travaillant dur. Le mot "père"  peut faire penser qu'il est un prêtre alors que ce n'est pas le cas.

Que pensez-vous de l'attitude de ses filles ?

Je pense que c'est impardonnable. Peut-être que je dis cela parce que je suis un homme. A cette époque les hommes sont toujours indépendants. Les femmes ne sont pas libres à l'époque. Elles sont victimes du mariage arrangé et servent constamment d'échelle d'ascension sociale. Le père puis le mari avait une totale autorité sur elle. Il pouvait les priver d'argent ou leur retirer l'autorité de leurs enfants. Je pense que j'aurais fais pareil à leur place. Je n'aurais pas eu le choix.

Que pensez-vous du mystérieux Vautrin ?

Je pense qu'il avait du coeur malgré ses propos et ses actes étranges. J'étais soulagé de quitter la pension Vauquer pendant un moment. Je fus choqué par son arrestation. Il a été dénoncé par ces traîtres de Michonneau et Poiret.

Je ne trouve pas qu'il ait mérité cela. Il n'était pas si méchant. Il voulait assassiner le frère de mademoiselle Taillefer pour qu'elle puisse hériter de l'argent de son père. Il voulait ainsi me la faire épouser. Je n'aimais pas les mariages arrangés jusqu'à la mort du père Goriot. Après cet évènement tragique, j'ai décidé d'entrer dans ce cercle bourgeois en me liant à Delphine.

 

Nos lecteurs vont être ravis d'entendre cela.

Merci d'avoir répondu tant de précisions à mes questions.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article