Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Logan

 

Il y a tant de choses à dire sur votre recueil...

Je pourrais parler des nombreuses références littéraires disséminées un peu partout ici, et me poser la question suivante : mais à quoi cela peut-il bien servir de citer autant de poèmes/d’œuvres dans des textes poétiques et personnels ?

Je pourrais évoquer les rejets très présents dans vos textes, essayer/tenter d'en extirper le sens, d'en récupérer la source et de me l'approprier.

Je pourrais m’appesantir sur le terme de « poème politique » que vous considérez comme un « vain » pléonasme et je pourrai vous dire que je ne suis pas tout à fait d'accord.

Mais il est vrai que vos poèmes ont une dimension politique, une dimension consciente que je trouve assez intéressante. Dans Rouges, vous parlez du monde, des banlieues, des colères d'un peuple, vous y racontez le monde. En effet vous y racontez le monde a travers des textes polyglottes et d'une certaine façon multiculturels. Vous racontez les cités, accompagné de Rimbaud vous vous y promenez, livre entre les mains, vous vous y baladez, poète égaré à la quête du monde. Vous êtes en quelque sorte un Rimbaud des temps modernes ! J'aime la façon dont vous combattez les préjugés minables, la manière dont vous défendre des principes et des colères qui sont vôtres et qui sont celles de beaucoup, dans un « engagement dans la langue » vous fournissez des écrits remarquables de sens et d'ambition. Écrivain engagé, c'est ce que vous êtes, et c'est ce que tous les écrivains sont d’après vous (bon je résume très rapidement excusez-moi).

Vous apportez également une certaine réflexion sur la poésie dans ce recueil, et je trouve cela très intéressant car c'est un sujet de réflexion que j'affectionne assez. Vous considérez la poésie comme engagée, comme je l'ai déjà cité plus haut vous dites plus ou moins qu'un poème désengagé n'existe pas et affirmez qu'un poème est politique. Je ne suis pas tout à fait de votre avis, puisque selon moi il existe foison de poèmes complètement désengagés, et si tous les poèmes étaient politiques je pense qu'un souffle ne nous serait plus permis. Maintenant je comprends votre point de vue, quand vous dites qu'il n'existe pas d'auteurs « dégagés », je partage plutôt votre opinion, tout comme chaque homme peut se montrer engagé, il suffit d'un rien. Il suffit d'une balancement frivole de la main pour poser des mots comme boucliers de ses idées, et vous dites que chaque homme à sa naissance peut écrire, peut devenir écrivain, et vous citez Fondane qui rétorque d'un « pourquoi n'ecrivez-vous pas ? » à un journaliste lui demandant pourquoi , lui, écrit. Et vous avez raison en ce sens, chacun de nous est capable d'écrire au fond, chacun peut dévoiler ses opinions, ses valeurs sur papier, et vous le faites parfaitement bien ici, tout en jouant sur une langue que vous maîtrisez sur le bout des doigts, à tel point que vous permettez (et c'est de l'essence d'un poète) de la malaxer, de la déménager, de la provoquer.  

 

Correspondance - Michaël Glück
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article