Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Brenda

Je me suis inspirée de Jacques Vandenschrick, de son style en réponse au poème p.16 du recueil En qui n'oublie, afin de donner une autre fin à son poème. En le lisant, je me suis dit : "Et si nous n'étions pas forcés de couler ?"

 

Début (original, écrit par J. Vandenschrick) + fin personnelle :

 

Et même si les larmes devaient presser pareillement sous toutes ces paupières, il est au coeur de chacun des détresses très inégales, plus pauvres, que l'on chasse et que l'on force contre les fleuves. Là, jaillit, en plein jour, un vent furieux empli de notes et si la dorure des pits fastidieux s'en retrouve perturbée, laissons la barque dériver. Et atteindre d'autres rêves éveillés.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Morgane 16/01/2015 23:23

Très joli ! ♫ ;)

Brenda 17/01/2015 08:51

Merci ;)