Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Justine

Après la lecture d' Unique demeure d'Emmanuelle Le Cam, on cerne vite le thème principal de celui-ci : la mort.

Evidemment, ce n'est pas l'unique thème de ce recueil mais celui de la mort est récurrent.

Dans la première partie qui s'intitule Unique Demeure,on peut déjà ressentir l'atmosphère du recueil avec des mots comme " panique ", " chaos ", " peur",  " désarroi ", " angoisse " ou encore " sang ".

mort divine,
définitive
plongée
dans l'eau,
ce
si parfait
illimité
cercueil.

Ensuite, on passe à la deuxième partie, qui grâce à son titre nous renvoie directement à la mort : Quelques mots pour un squelette. Comme son titre l'indique, le champ lexical de la mort est très présent : " fin d'une vie " , " jour des morts " , " cimetière " , " ombre " , " os " , " souffrance " , " nuit " , " sang " et j'en passe...

Aujourd'hui, jour des morts.
Elle m'attend au cimetière,
son nom sur pierre gravé.

Enfin, la troisième partie Prenez pitié, la mort est toujours présente mais seulement dans deux ou trois poèmes. Il y a toujours des connotations à la mort : " mort " , "ombre " , " cimetière ". 

On peut voir dans cette partie, comme une réflexion sur la perte d'un élément pour l'auteur qui la rend "morte" et perdue "sans ombre", d'où ce thème.

A deux pas c'était gouffre,
terreur, mort blette !

Emmanuelle Le Cam a crée un recueil remarquable malgré le thème sombre qu'est la mort. On apprécie ces poèmes qui ont été écrits avec une plume sincère.

Thème - Emmanuelle Le Cam

Commenter cet article

Emmanuelle Le Cam 21/12/2014 00:22

Merci Justine pour vos mots! j'en profite pour remercier tous vos camarades pour ces travaux que je découvre aujourd'hui et qui me touchent.

Justine 21/12/2014 11:47

Merci beaucoup ! Je pense parler aux noms de tous pour vous remercier de ce merveilleux recueil, et merci d'avoir fait un petit tour sur notre blog.

Elise 18/12/2014 21:44

Un très juste commentaire Justine ;)

Justine 21/12/2014 11:42

Merci Elise !