Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

Vendredi 21 novembre 2014 à 20 h 30,

au Quartz, théâtre de Brest,

les Premières L du lycée de l'Iroise

assistent à la représentation de la pièce

 

Le prince

(tous les hommes sont méchants)

 

d'après NICOLAS MACHIAVEL

Adaptation, mise en scène et scénographie

Laurent Gutmann

Avec

Thomas Blanchard, Luc-Antoine Diquéro, Maud Le Grévellec,

Shady Nafar et Pitt Simon

Présentation - Le Prince au théâtre

Portrait de Machiavel

 

LE PRINCE DE MACHIAVEL

 

Le Prince est un traité politique écrit au début du XVIe siècle par Nicolas Machiavel, homme politique et écrivain de Florence, qui montre comment devenir prince et le rester, analysant des exemples de l'histoire antique et de l'histoire italienne de l'époque. Parce que l'ouvrage ne donnait pas de conseils moraux au prince comme les traités classiques adressés à des rois, et qu'au contraire il conseillait dans certains cas des actions contraires aux bonnes mœurs, il a été souvent accusé d'immoralisme, donnant lieu à l'épithète « machiavélique ». Cependant l'ouvrage a connu une grande postérité et a été loué et analysé par de nombreux penseurs. (Source Wikipedia)

 

 

Présentation - Le Prince au théâtre

Photo de Pierre Grosbois

 

LE PRINCE DE LAURENT GUTMANN

 

"Et si Machiavel vivait de nos jours, à qui dispenserait-il ses conseils ? Laurent Gutmann installe avec malice l’auteur du Prince au cœur d’un stage de formation en entreprise.


Réjouissant ! Nous voici donc dans une salle impersonnelle, aux cloisons vitrées avec chaises pliantes et machine à café... très, très loin de la cour des Médicis à Florence au XVIe siècle. Une organisatrice au look de working girl accueille trois stagiaires. Oui mais voilà, gouverner, même au cours d’un exercice dans un séminaire, ce n’est pas si aisé ! Le peuple, objet de toutes les convoitises, c’est le public à qui l’on distribue des bonbons pour assurer sa place sur le trône. Une bataille s’engage, féroce et truculente, où tous les coups sont permis : une erreur de gouvernance et la couronne passe sur la tête d’un autre candidat. Au coin de la scène, le formateur en costume Renaissance – Machiavel lui-même – énonce ses maximes et ses conseils.

Voilà une proposition épatante à humour décalé et corrosif ! On rit beaucoup, mais on s’étonne surtout de l’incroyable modernité de la vision de Machiavel il y a… cinq siècles ! Le rapport de l’homme au pouvoir serait-il donc tristement intemporel et immuable ?" (Source Le Quartz)

 

 

A venir sur le blog i-voix,

dans la catégorie "Théâtres" :

les impressions de spectateurs des lycéens d'i-voix.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article