Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Morgane

Poème inspiré du recueil "Effacements"  d'Ana Nb : deux formes proposées

 

"Je marche le temps efface mes pas" dit Ana Nb.
Je préfère proclamer :  "Nous marchons le temps embrasse nos pas."
 
 

Effacements nitescents

sous un éclat de nuit recueillir les mots - comme recueillir des présences éphémères - pour combler le vide des absents - sous un fragment de jour capter le silence - comme cueillir un filet innocent de voix - pour crier au monde l’indicible - comme une note bleue trouble - un lieu d'ombre et de sang - l'écho des ruines gémissantes - déchire le seuil de l'enfance - comme minuit sourd dans la pénombre - scintille en douce une étincelle - qui palpite dans la nuit tiède - où pulsent les cendres de nos voix - et notre souffle ténu retenu - effleure nos lèvres sages - où se ramifie le mutisme - mais l'anarchie des heurts de nos cœurs - résiste aux ténèbres tissés d'absence - même quand se fissure la raison de nos pas - sous un éclat de lune recueillir du bout des cils - une transparence effarée des effacements - qui triomphent pourtant de l'oubli - tandis que reculent les arrêtes vives du temps - dans le ciel scintillent des effacements - constellations de nos élans

**************************************************************************************

Sous un éclat de nuit, recueillir les mots
comme recueillir des présences éphémères
pour combler le vide des absents.
 
Sous un fragment de jour, capter le silence
comme cueillir un filet innocent de voix
pour crier au monde l’indicible.
 
Comme une note bleue trouble
un lieu d'ombre et de sang,
l'écho des ruines gémissantes
déchire le seuil de l'enfance.
 
Comme minuit sourd dans la pénombre,
scintille en douce une étincelle
qui palpite dans la nuit tiède
où pulsent les cendres de nos voix.
 
Et notre souffle ténu retenu
effleure nos lèvres sages
où se ramifie le mutisme.
 
Mais l'anarchie des heurts de nos coeurs
résiste aux ténèbres tissés d'absence
même quand se fissure la raison de nos pas.
 
Sous un éclat de lune, recueillir du bout des cils
une transparence effarée, des effacements
qui triomphent pourtant de l'oubli
tandis que reculent les arrêtes vives du temps.
 
Dans le ciel scintillent des effacements
constellations de nos élans.
Inspiration - Ana Nb
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 08/12/2014 07:28

... voilà en désordre une tentative de réponse - encore grand merci à toi Léna et Morgane pour vos textes tissés avec quelque chose qui nous relie
http://effacements.blogspot.fr/2014/12/espagne-mon-cur.html

Morgane 07/12/2014 13:06

Merci beaucoup !

Léna Q 07/12/2014 12:46

Parfait ! :)

Léna J 06/12/2014 14:15

Super Morgane !

Nuage Rouge 05/12/2014 21:11

... - Des si déments dépendent des étincelles - ...

Ana NB (sur Twitter) 03/12/2014 21:30

@ivoix nous marchons le temps et le temps embrasse nos pas ( en écho à Morgane )

Elise 03/12/2014 21:21

Je suis tout à fait d'accord avec vous, un superbe poème Morgane, bravo ! :)

Brenda 03/12/2014 19:38

Ah enfin ! J'attendais avec impatience que tu crées quelque chose avec le mot "nitescent", voilà chose faite et même excellemment faite ! Bravo !

Morgane 03/12/2014 20:27

Eh oui, je te l'avais bien dit, j'aime ce mot (et tu risques de le revoir à l'avenir...) ! ;)

Hannah 03/12/2014 19:37

Magnifique Morgane!

Morgane 03/12/2014 20:26

Merci beaucoup Hannah ! :)