Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Thomas

Littérature - Rencontre imaginaire avec François Garde

Interview imaginaire de François Garde
 

"Depuis l'enfance,

les îles me fascinent"

 

A l'occasion de la sortie de son livre Ce qu'il advint du Sauvage Blanc qui raconte le périple de Narcisse Pelletier, jeune matelot français abandonné sur une plage déserte d'Australie et qui va s'accoutumer petit à petit aux moeurs des "Sauvages" qui peuplent l'île avant d'être finalement rattaché à la civilisation 17 ans plus tard, François Garde, savoyard amoureux de la région de Porspoder où il passe toutes ses vacances, nous a donné un rendez-vous mystérieux pour une interview sur l'île d'Iock, le dimanche 8 avril 2012, jour de très grande marée.

 

A l'heure prévue, vers 10 heures, je me rends sur la dune près d'Argenton. Une véritable mer de cailloux s'offre à mon regard. Un ciel gris recouvre le paysage, et on distingue à l'horizon la silhouette tremblotante du Phare du Four dans le brouillard. L'île d'Iock est reliée à la terre par un pont naturel de cailloux que je me mets tranquillement à gravir. J'emprunte un sentier de sable entouré de fougères. Je débouche alors sur une crique isolée. Un panneau indique : site protégé. Je découvre petit à petit l'île. Une impression de solitude me gagne, j'ai l'impression d'être seul sur une île déserte, avec pourtant la sensation étrange que quelqu'un m'observe. J'atteinds finalement la maison de pierre d'un ancien pêcheur qui est le lieu de rendez-vous choisi par l'auteur. De ce point haut, je peux voir l'horizon, le lointain. C'est dans cette rêverie qu'un bruit attire mon attention. François Garde apparait alors à quelques pas de moi. De taille moyenne, il est sobrement vêtu d'un imper gris. Nous nous saluons brièvement et nous commençons l'interview sans trop tarder. Nous sommes alors en fin de matinée, et la mer commence à monter.

 

Par quelles oeuvres avez-vous été essentiellement inspiré afin d'établir ce récit ? Sur quelles livres vous-êtes vous basé ?

De nombreuses oeuvres m'ont inspiré pour construire ce récit. Tout d'abord, je me suis inspiré de la biographie du marin Narcisse Pelletier qui m'a été très utile pour retrouver des éléments de sa personnalité. Dans ma jeunesse, je lisais de nombreuses choses, et notamment des histoires de pirates, comme L'île au trésor de Robert-Louis Stevenson.  J'ai également lu Les Robinsons Suisses qui racontent l'histoire d'une famille perdue sur une île. J'ai bien évidemment été hanté par le livre devenu mythique de Daniel Defoe, Robinson Crusoé, qui est un classique de la littérature, et que j'ai plusieurs fois dévoré dans ma jeunesse. Le thème du naufragé me passionnait énormément. Je me suis donc renseigné sur tous les témoignages, les romans et même les films qui évoquent ce thème. Vendredi ou les limbes du Pacifique, roman de Michel Tournier, qui est une adaptation détournée du mythe du Robinson a aussi été un modèle. Un héros tel que Huckleberry Finn m'a également aidé à bâtir mon récit.

 

Que représente pour vous le personnage de Narcisse Pelletier ?

Il faut tout d'abord ne pas oublier que mon récit est basé sur un fait réel. Mais je me suis en quelque sorte approprié le personnage de Narcisse, qui va réussir à subvenir à ses besoins et à survivre parmi un groupe d'aborigènes. J'ai choisi de métamorphoser certains détails de sa personne et de ses expériences, et j'ai décidé d'inventer complètement sa vie dans le Nord-Est de l'Australie parmi les "Sauvages". Le personnage de Narcisse Pelletier représente tout de même beaucoup pour moi et je pense qu'on peut le considérer comme un homme à part, qui va choisir d'oublier  sa civilisation et adopter les us et coutumes d'indigènes n'ayant jamais vu d'homme blanc. J'ai décidé de confronter le mythe du Robinson et la naissance de l'anthropologie, incarnés par un seul et même personnage qu'est Narcisse."

 

Le temps a passé. Nous sommes dorénavant entourés d'eau, complètement coupés du continent. J'éprouve de la suprise, car je ne m'étais pas rendu compte que le temps avait passé si vite. Je ne vais pas pouvoir rentrer à la rédaction aussi tôt que prévu. Mais finalement c'est amusant. L'auteur m'a conduit dans un endroit qui stimule mon imagination et mon esprit aventureux. Sûr de son effet, il sourit...

 

Pourquoi avoir choisi l'île d'Iock pour cet interview ?

Je vais vous raconter ce qui m'est arrivé lorsque j'avais 14 ans. C'était en été, un jour de grande marée. En enfant de la montagne, je ne connaissais rien à la mer. Je me souviens que j'avais décidé de partir à l'aventure comme Tom Sawyer, qui était mon héros favori. J'ai beaucoup traîné, me promenant partout en savourant ma liberté. Je me croyais dans un roman, rien ne pouvait briser mon rêve. Le temps a passé, et au moment du retour, je me suis rendu compte que j'étais prisonnier de l'île. Je me retrouvai vite seul dans la nuit obscure. C'est un souvenir qui a marqué mon insouciante enfance. Cette nuit-là fut atroce, les vagues se brisaient contre les massifs rocheux dans un vacarme assourdissant, la mer était déchaînée, comme si elle voulait engloutir la petite île. Je tremblais de peur. Ma rêverie s'était transformée en cauchemar. J'ai donc choisi ce lieu car depuis l'enfance, les îles me fascinent. Je voulais également, par jeu,  vous montrer cette sensation du naufragé sur une île déserte et c'est donc pour moi l'endroit logique et captivant afin de réaliser mon interview.

 

Cette rencontre hors du commun s'achevait, dans le théâtre minéral exceptionnel d'une journée de grande marée comme il en existe peu en un siècle.  J'ai découvert depuis, en effectuant des recherches, que l'on ne peut rejoindre l'île d'Iock à pieds qu'en de très rares occasions. Nous prenons alors le chemin du retour, vers la terre ferme. Un enfant nous interpelle : " Est ce que la mer va encore descendre ? " François Garde sourit. " Elle monte, dit-il, et elle ne descendra plus aussi bas avant plusieurs années ". L'enfant s'asseoit, déçu. On entendrait presque le bruit d'un rêve qui se brise... 

 

 

 

Source image 1 - Source image 2 - Source image 3 

 

 

Littérature - Rencontre imaginaire avec François Garde
Littérature - Rencontre imaginaire avec François Garde
Littérature - Rencontre imaginaire avec François Garde
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 06/11/2014 21:03

Très intéressant et remarquablement composé !