Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Youn

Ethnologie - Du mythe à la réalité

 

CE QU'IL ADVINT

DU SAUVAGE BLANC ?

 

DU MYTHE A LA REALITE

 

 

Suite à la lecture du roman de François Garde, j'ai entrepris de me documenter sur les véritables peuples aborigènes de façon à les confronter au récit de notre roman. Ma première surprise fut de trouver peu d'informations sur ces populations, puis de découvrir la vérité sur le roman de François Garde grâce à la chercheuse australienne Stéphanie Anderson.

 

En effet, il semblerait bien que le roman de François Garde soit une honte d'un point de vue ethnologique ! On ne compte plus le nombre de clichés véhiculés par le roman. Narcisse Pelletier a été recueilli par une tribu Uutaalnganu qui aurait toutes les raisons d'être offensée par le roman si elle le lisait !

 

Parlons tout d'abord les imprécisions alimentaires, même si il est vrai que la plupart des détails donnés dans le roman sont vrais, deux erreurs majeures subsistent : le milieu dans lequel évoluaient les aborigènes était loin d'être pauvre en ressources bien au contraire. Ensuite F. Garde fait le choix d'occulter la spécialité des Uutaalnganus : la chasse aux dugongs. On supposera que l'image d'arriérés qu'il donne des aborigènes ne collait pas avec la fabrication d'objets élaborés comme des pirogues.

 

Bien entendu, F. Garde ne pouvait pas pu en rester là avec les malheureux Uutaalnganus, leur prêtant dans son roman des moeurs sexuelles étranges et tout à fait absentes de la société Uutaalnganu. En effet la pudeur est une notion universelle et de plus le viol, comme décrit dans le roman, n'est pas toléré dans leur société et n'est certainement pas un spectacle.

 

Pour achever ce navrant spéctacle, nous pourrons noter entre autre que les tatouages ne sont pas une pratique des peuples aborigènes australiens. Que F. Garde oublie de faire référence aux instruments traditionnels, ces peuplades préférant les borner à des bouts de bois et à des pierres ! Pas d'allusion non plus aux art picturaux très preésents chez ces peuplades avec nombre de représentations du temps du rêve.

 

Néanmoins pour nuancer mon propos je dirais qu'il est bon de noter que tout romancier à sa liberté et que F. Garde n'a jamais prétendu faire un roman ethnologique.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 06/11/2014 20:57

Article indispensable ! Merci, Youn, de l'avoir si bien écrit !

Brenda 05/11/2014 19:21

Très bon article Youn !