Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

i-voix aux mains d'argent - Florilège 7 2013-2014

 

Effraction, immersion, contraction, dilatation, substitution : tout au long de l'année, les lycéens d'i-voix ont aimé couper-coller-insérer-remplacer... dans des oeuvres variées.

 

A la manière des cut-up de William Burroughs, des cadavres exquis surréalistes, des centons oulipiens, des MashUp vidéos, ils explorent ainsi, à l'ère du numérique, une façon originale de s'approprier des textes littéraires et d'en créer de nouveaux. Cette activité, ludique et pédagogique, permet de comprendre de l'intérieur l'univers d'un auteur, de faire résonner en soi ses mots, de partager les sensibilités et les imaginaires, de travailler la langue, de faire jaillir de soi des éclats de poésie. Alors peut-être la littérature retrouve son pouvoir de vibration et de façonnement.

 

Saurez-vous reconnaître les oeuvres qu'ils ont ainsi goulûment dépecées, chirurgicalement charcutées, poétiquement électrocutées ?

 

http://storage.canalblog.com/42/29/81024/5550697.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

Image originelle : Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

faire commerce avec l'hiver, caresser son visage comme on caresse le visage de l'aimée, quand l'heure est à la compassion quelqu'un dessine une maison froide. tout a été dit sur la chose, la chose est sans avenir, nous caressons la main du temps. Je ferme les yeux, je me rencontre.

 

(Clémentine)

 

 

 

 

Mon coeur bat sans chamade et sans rien.

Par ici le soleil luit et blesse plus encore les lendemains d'amour vain

Je compte les jours dans un long silence de mort,

et mes mots s'éparpillent dans les rayons d'un soleil morne.

 

Je vis un jour de plus.

 

 

(Marine)

 

 

 

 

Alors oui,

mes rêves ne se projettent que vers le futur,

cela n'a pas d'importance,

c'est mon espace de silence.

Sourire,

me calmer,

recommencer.

 

(Jessica)

 

 

 

i-voix aux mains d'argent - Florilège 7 2013-2014

 

A mes yeux, l'absence d'une belle histoire est en train de faire une image nette de quelque chose d'ordinaire.

 

(Iris)

(photo personnelle)

 

 

 

Nulle passion d'altitude où native ne s'écrit la chute dès le geste tenté.

Le sommet se voile, infirme de source qui l'exigeait comme d'une souillure d'absence.

 

(Nicolas)

 

 

 

 

Au nom des mers disparues,

Remuant les vagues du commencement,

 Au fond d'un coquillage.

 

(Audrey)

 

 

 

Il se tenait là,

Il avait bien des choses a traverser lui semblait-il,

pourrait-il enjamber les choses qui jamais n'avaient été dites.

Ni la trace d'un pas, ni même le nom d'un pas, seule demeurerait peut-être à entrevoir la trace du rien.

 

 

page 23 page 25 page 29 page 32

 

(Marco)

 

tumblr n1m461XszO1qb47plo1 1280

(Source)    

 

 

Comme elle qui a cherché d'autres issues possibles

Tu t'approches du rebord pour déceler ce monde

 

(Rita)

 

 

 

  Il y a comme des libellules fluorescentes dans sa blouse fleurie.

 

(Corentin M)

 

 

 

Quelle serait réellement la forme de tes mains,  

Si par hasard ou par distraction tu les abandonnais

Au tout début d'un poème ou sur le rebord d'une fenêtre ?

 

Si être au milieu de nulle part,

C'est être entre deux morceaux de pommes ou de poire,

Si c'est marcher dans de la poussière d'or, dans de l'encre  

         de Chine  

Ou sur une montagne de silence,

 

Mais pourquoi me faut-il toujours te parler de la sorte,

Avec des si, tant de questions et plein de sous-entendus ?

 

Si c'est ouvrir des portes déjà ouvertes,

Si c'est manger dans la main d'une rose  

Ou respirer du tabac qu'on ne fabrique plus ici depuis des

        lustres,  

 

Quand on prétend savoir tout cela comme je le dis,

Pourquoi diable faut-il encore que je te parle avec des si,

Des comment ou des pourquoi ?

 

Si c'est ça être au milieu de nulle part,  

Alors oui,

Je veux bien être perdu au beau milieu de nulle part.

 

 a-desert-horizon-saija-lehtonen

image modifiée, source originale : link

 

(Clémentine)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article