Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

i-voix aux mains d'argent - Florilège 13 2013-2014

 

Effraction, immersion, contraction, dilatation, substitution : tout au long de l'année, les lycéens d'i-voix ont aimé couper-coller-insérer-remplacer... dans des oeuvres variées.

 

A la manière des cut-up de William Burroughs, des cadavres exquis surréalistes, des centons oulipiens, des MashUp vidéos, ils explorent ainsi, à l'ère du numérique, une façon originale de s'approprier des textes littéraires et d'en créer de nouveaux. Cette activité, ludique et pédagogique, permet de comprendre de l'intérieur l'univers d'un auteur, de faire résonner en soi ses mots, de partager les sensibilités et les imaginaires, de travailler la langue, de faire jaillir de soi des éclats de poésie. Alors peut-être la littérature retrouve son pouvoir de vibration et de façonnement.

 

Saurez-vous reconnaître les oeuvres qu'ils ont ainsi goulûment dépecées, chirurgicalement charcutées, poétiquement électrocutées ?

 

http://storage.canalblog.com/42/29/81024/5550697.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

Image originelle : Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

 

 

 

Tout le monde met sous verre sa vie sans gloire.

 

(Clémentine)

 

 

 

Coeur surpris du message

Preuve que l'amour est passé par là

A portée de nos voiles,

Et je romps les amarres du visible

A fendre l'écho du ciel

La nuit s'en souviendra

 

http://xn--80aqafcrtq.cc/img/4/7/9/%D0%92%D0%BE%D0%B4%D0%B0,%20%D0%BB%D0%BE%D0%B4%D0%BA%D0%B0,%20%D0%BD%D0%BE%D1%87%D1%8C,%201920x1440.jpg

source

 

(Evane)

 

 

 

Si proche est l'absence, un pas après l'amnésie. tout est simple les paupières closes, on ferme les yeux, nous touchons l'horizon, on enfourche le temps des étoiles, on pourrait n'être personne, nous ne voulons rien, on pourrait être mort. Nous attendons. Le pied vous chatouille, le départ est indifféré. il n'y a plus de chemin, il n'y a jamais eu de chemin.

 

(Marco)

 

 

 

N'émerge insane l'idée d'océan

A tenter le jour de poindre jamais

Les forêts passent le silence au fil du vent

Chez ceux qui parlent au marais.

 

(Jakez)

 

 

 

Laisse-moi tout au bord du vide. Que ce soit d'un côté ou de l'autre, serviteur des ombres, c'est à toi seul que je donne tout.  

bonh1 copie copie

source

 

(Clémentine)

 

 

Un cœur régulier est un cœur vide de tous sentiments.

 

(Marine)

 

 

 

La vague ultime de la vie, le rien dévié d'or dévié du néant

les signes dérivent

c'est la mer qui appareille. 

 

(Zoé)

 

 

 

Je regarde les hommes. La vieille dame au bout du chemin aime les figues. J'en prends un dans mes filets. Elle les tient dans sa main et ses yeux sont blancs. Un beau gosse, avec qui je ne verrais pas le premier matin. La vieille dame est un peu comme ma grand-mère, perdue. A son départ, empilés sur les étagères du vestibule, je compterai mes beaux souliers. Comme ma grand-mère, oui, comme ma grand-mère. Quand meurt le jour, les murs s'épaississent. Il semble de tout impossible de sortir. Je la vois maintenant comme une tâche dans la verdure.

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

(Nicolas)

 

 

 

Tenir en respect nos impacts malgré nos tailles minuscules couvrant la bouche en attendant debout.

 

(Lucie)

 

 

i-voix aux mains d'argent - Florilège 13 2013-2014

 

je ne te vois plus

 

est ce que ?  toi

est ce

toi

 

(photo personnelle)

 

(Rita)

 

A bout de force

dans ce pays de poètes

où les mots passent partout

et résonnent comme les clefs

dans les crânes des prisonniers

Je suis passé

la veille du dernier jour

par ton visage

ton sourire

sous les étoiles filantes.

 

(Jessica)

 

 

i-voix aux mains d'argent - Florilège 13 2013-2014

 

Mon sang traduit la voix de quelqu'un qui me parle.

 

(Iris)

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article