Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

Florilège - i-voix à écouter 1

 

Tout au long de l'année 2013-2014, les lycéens d'i-voix ont partagé en ligne des productions orales diverses. En voici quelques exemples...

 

 

 

 

En amour il ne suffit pas d'aimer

Il faut savoir éclore

Trouver le son

Inventer l'autre pour s'inventer

Mourir

Renaître

Plonger dans la souffrance des torrents

...

ACHOUR-TANI SAHRA - Lecture Ernest Pepin

Lecture d'Ernest Pepin par Sahra

 

http://maliphane.free.fr/images/stael_nu_couche_bleu.jpg NICOLAS DE STAEL : Nu couché bleu (1955)

 

ACHOUR-TANI SAHRA - Justification Ernest Pepin

Justification du choix par Sahra

 

(Ernest Pépin par Sahra)

 

 

 

Piazza della Signoria
 

 

Bonsoir mon bel étalon, voudrais-tu de l'aide ? tu sembles en bien mauvaise posture face à la taille de son bâton, et de ces muscles, Ô ces muscles ! Mais quel talent avaient ces artistes d'autrefois ! ... Je pourrais t'aider c'est sûr, mais je trouve fort dommage de retirer un si beau visage à de si splendides formes !

Pour un grand courage, je te saisirai le cou !

Et pour la gloire je te casse le genou !

Ciel ! voilà que le vin me fait faire des vers, et s'ils sont justes c'est que je ne suis pas encore assez gris !

Il boit dans sa bouteille -

Héraclès... n'en as-tu pas assez fait ! Terrasser des monstres et des monstres, cela doit être épuisant ! Au fond, je t'envie tu sais, pas pour ta force ni pour ton courage, mais pour ta gloire, pour la trace indélébile que tu as ancrée dans l'histoire ! En fin de compte, nous ne sommes pas si différents tous les deux, je vais moi même laisser une marque de mon passage sur terre, mais je commencerai par toi !

Il lui coupe la tête.

 

 

 

(...)

 

Là, de l'autre côté des choses,

Là, sur l'autre rive

Où je n'étais pas

Où je me cherchais

Où je me cherche encore.

 

DRIGE IRIS Poeme

Lecture d'Yves Namur par Iris

 

http://artdistricts.com/wp-content/uploads/2012/03/yves-tanguy.gif

Yves Tanguy  - Les nouveaux nomades (1935)

 

DRIGE IRIS - choix poeme

Justification du choix par Iris

 

(Yves Namur par Iris)

 

 

 

 

Louise Labé

Louise Labé, portrait gravé par Pierre Woeiriot (1555), BNF

 

 

Sonnet 8

 

"Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie

J'ai chaud extrême en endurant froidure"

 

Sonnet 8

Louise Labé, Oeuvres, Edition Jean de Tourmes, 1555

 

radios4.gif

Cliquez ci-dessus

pour écouter la lecture du sonnet 8

par Louise Labé elle-même

 

 

Interview 8

 

Louise Labé :  

 

"L'amour, c'est fait de contrastes, d'oppositions permanentes : le bonheur, le malheur, la vie, la mort, c'est tout ça à la fois, et c'est ce qui en fait la beauté."

 

"Les Troubadours de Brocéliande ont fait le buzz dans la sphère médiatique en reprenant un de mes poèmes..."

 

"L'humanisme place l'homme au centre et nous permet de redécouvrir le monde : c'est une chance merveilleuse que ce courant existe !" 

radios2.gif

Cliquez ci-dessus

pour écouter les réponses de Louise Labé aux questions de radio i-voix

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7c/Piero_di_Cosimo_043.jpg

Piero di Cosimo - Portrait de Simonetta Vespucci (1480-1490)

 

 

(Louise Labé à la radio par Zoé)

 

 

 

 

 

Eaux raidies des heures lustrales

 
 
Cliquez ici
pour écouter le choeur d'i-voix 

 

 

tenir en bride

les élancements

les nuits sans lune

 

pour que le chant soit

 

la peur de la mort

une chemise de nuit

cette présence en soi


http://2.bp.blogspot.com/-tXPRJHb-FlU/TVnzLL4mz_I/AAAAAAAAEpI/Dk6ZgRft25s/s1600/img178.jpg

ANTONI TAPIES

 

(Article)

 

 

 

Dante Alighieri

Dante Alighieri par Emilio Denni

Lorenzo, une nuit, ivre une fois de plus, se promène dans Florence. il croise la statue de Dante. 

Te voila toi, que fais-tu sur mon chemin ? Tu te penses supérieur car tu es plus haut que moi ? Il est vrai que tu as tout pour plaire, mais figure-toi que je n'ai rien à t'envier.

Tu es un homme politique, mon cousin gouverne Florence.

Tu es un grand poète et un homme de lettres, j'ai moi même fait de grandes études avant de devenir ce que je suis.

Tu es le père de la langue Italienne : vois-tu, les rues foisonnent de débauchés, je suis un père pour toutes ces personnes ! 

Certes ton image est gravée dans le marbre, tu es impassible, mais bientôt mon tour viendra, les hommes me glorifieront pendant des siècles!

Que montres-tu de ton index crochu ? Est-ce ta tête qui te démange ? Ne te fais pas de soucis, je vais t'en débarrasser.

 

 

amour-mere-africaine-300x235.jpg

                                                           Source : link

 

LECTURE DE CLAUDE PONTI

PAR LUCIE

 

 

 

 

 

Décapitation - Flaminio Vacca : Lion de Médicis

ll fait nuit. Lorenzo s'approche de la statue.

 

Cesse donc de me dévisager ainsi, Lion. Tu portes sur moi un regard que tu as volé à tes maîtres, tu n'es qu'un animal enchaîné par la tyrannie et la crédulité, exactement comme ce pauvre peuple de Florence. Tu ne sembles pas voir plus loin que le bout de ton museau. Sâche que, dans mon esprit, ta tête de marbre jonche déjà le sol... mais je ne suis pas mauvais, Lion. La débauche ne m'a pas rendu aussi cruel que le temps, c'est de lui que tu dois te méfier, il est ton véritable ennemi. Il t'aura à l'usure, et, avec le plus malin des plaisirs, te délestera de cette énorme tête que tu portes sur tes épaules. Quant à moi, je m'occupe de celle d'Alexandre. Il serait très amusant que la tête du despote tombe en même temps que celle de la statue qui le symbolise. Mon vrai visage apparaîtra pendant que le tien s'écrasera sur les pavés. Enfin, tout ceci n'est qu'une question d'heures. Tâche de profiter de celles qu'il te reste...

 

 

 

(...)

 

Il a construit au fond du couloir un secret. Qu'il nourrit tendrement. Un secret d'amour qui ne m'appartient pas

 

JUSTINIANO Jessica Lecture Sofia Queiros

Lecture de SOFIA QUEIROS par Jessica

 

http://www.reguera-actualite.com/wp-content/uploads/2012/08/reguera_en_chine4.jpgAlberto Reguera - Aquatic Landscape with Floating Colors

 

 

JUSTINIANO Jessica Justification Sofia Queiros

Justification du choix par Jessica

 

(Sofia Queiros par Jessica)

 

 

 

 

Louise Labé

Louise Labé, portrait gravé par Pierre Woeiriot (1555), BNF

 

Sonnet 12

 

"Luth, compagnon de ma calamité,

De mes soupirs témoin irréprochable ..."

 

Sonnet 12

Louise Labé, Oeuvres, Edition Jean de Tourmes, 1555

 

Interview 12

 

"J'écris mes poèmes sous la forme de sonnets, car c'est une des formes les plus strictes de la poésie. Je me suis toujours efforcée d'écrire selon les règles d'écriture que Pétrarque a mises en place..."

 

"La musique a une place importante dans ma vie, plus que tout au monde, plus même que l'écriture de mes poèmes. Quand je suis heureuse, mon luth chante le bonheur, et quand je pleure, il chante la tristesse."

 

"Je crois en l'être humain. Et je crois que tout le monde doit s'instruire le plus possible. J'aimerais tout connaître."

 

"J'écris aussi pour la beauté de la langue, et toutes ses possibilités extraordinaires."

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6a/Michelangelo_Caravaggio_020.jpg/768px-Michelangelo_Caravaggio_020.jpg

Le joueur de luth, par Caravage (vers 1595)

 

(Article de Léo)

Lecture du sonnet 12 par Louise Labé

Interview de Louise Labé 1ère partie

Interview de Louise Labé 2ème partie (avec une interprétation exclusive du sonnet par les Troubadours de Brocéliande !)

 
 
 
 
Cliquez ici
 
pour écouter le choeur d'i-voix 
 

 

 Me voici

 

me voici devant vous ici la terre

des libertés et des droits humains

plus de nez dehors

 

tomber debout

lorsqu'il rêve à contre courant

nuit sans lune

 

cette cicatrice

une infinité de points

 

le silence monte

d'une feuille d'or

 

la vie secrète

odeur de marée verte

 

la saveur du mot cache leur bonheur

 

 

(Poème choral)

 

 

 

 

Florence. - Piazza della Signoria.

Entre Lorenzo.

 

"Que fais-tu là, ami ?! Crois-tu qu'on ne discerne point ton ombre, se glissant dans la pénombre pour ravir à ses nobles familles leurs jeunes filles ? Lumière du ciel ! Toi, Romain, symbole de courage et de hardiesse. Quelle folie t'habite, quel esprit malin parcourt ton corps de marbre ? Quoi ? Que dis-tu ? Non, non... Tu ne parles pas, tes muscles, figés, pour l'éternité, tes bras tendus et enlaçant la mère d'hommes libres, tout, jusqu'à la plus infime partie de ton être est crispée dans cet élan. Tu ne peux te défendre, face à moi, moi que le vice a déjà gagné, corrompu jusqu'à la moelle, cependant je peux t'aider l'ami. Faire tomber cette tête serait une si bonne chose ! Une bonne action, qui pourrait me délivrer. Oui, ton regard me semble si froid, tu tiens en tes bras la faiblesse des Hommes et à tes pieds gît le désespoir mêlé d'horreur. Il suffit ! Sang du christ, j'en perdrai la tête... ô  romain ! Le temps est venu pour toi de perdre la tienne.

 

Il le décapite.

 

 
 
Photo personnelle

Photo personnelle de la statue de Giambologna à Florence :

L'enlèvement des Sabines

 

(Article original)

 

 

 

 

(...)

Mais qui dira

La partition qui rêve de devenir musique

L'honnêteté de la note juste

Le cercle étroit des bras

La source en sourdine quand naît la perle de l'eau

(...)

 

SANTOS DA SILVA RITA - Lecture Ernest Pepin

Lecture d'Ernest Pepin par Rita

 

http://abstractcritical.com/wp-content/uploads/2013/11/T009110_100dpi-507x400.jpg

HANS HARTUNG (1970)

 

CHESNEAU GWALONN - Justification Enerst Pepin

Justification du choix par Rita

 

 

 

 

Deux petits couplets sans prétention que j'ai enregistrés avec les moyens du bord, sur une instrumentale d'un ami de Brest, monsieur Netsuko... Enjoy !

 

 

 

 

Avec Goulven Ka - ... dans le noir et mélodique

 

"l'invisible de son visible

on ne le voit pas

il est partout

ferme les yeux

regarde le calme et le chaos à la fois

 

(...)

 

L'homme en noir vit dans la musique,

il chante ses mots et marche mélodique.

 

L'homme en noir vit très loin,

il regarde devant assis dans le présent.

(...)

L'homme en noir a une raison,

bien plus longue que l'horizon,

bien plus belle

qu'une chanson.  

 

L'homme marche dans le noir et mélodique.

 

Avec Goulven Ka - ... dans le noir et mélodique

 

Le jeudi 5 juin 2014,  les lycéens d'i-voix ont fêté la fin de la saison 6 dans la compagnie musicale de Goulven Ka, violoncelliste, chanteur et slameur. Au programme : créations et recréations personnelles mises en voix et en musique.

 

Cliquez ci-dessous

pour écouter Sahra et Iris

accompagnées par Goulven Ka

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article