Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

 

 

Tout au long de l'année 2013-2014, les lycéens d'i-voix ont partagé en lgne leurs propres créations. En voici quelques exemples.

 

Calliope, muse de la poésie épique

 

L'inspiration est un thème, l'expiration en est un autre. 

 

Si l'inspiration est une science, je me risque à dire que c'est la plus inexacte qui soit. Avec celle de l'amour, peut-être. L'inspiration va et vient comme la mer sur le sable. Parfois, l'envie véritable de troubler l'infini de la page blanche bloque son arrivée, la détourne : alors l'inspiration ne se trouve plus dans votre coeur, mais bien dans vos nerfs, d'où elle ne ressortira que sous forme de soupirs. Puis, parfois, elle vous frappe juste au bon endroit. Juste là. C'est alors qu'il faut profiter de l'instant, car sa durée d'existence n'est pas prédéfinie.

 

Mais comment profiter de cet instant ? C'est bien simple, écoutez. Il suffit d'expirer. De laisser cette inspiration couler tout le long de votre corps, la laisser marquer votre peau de frissons. La laisser guider vos sens de sa sensibilité. La faire sortir, calmement, pour créer. Créer un souffle, créer du vent.

 

N'oubliez jamais de créer. 

 

N'oubliez jamais de respirer. 

 

(Corentin R)

 

 

Je m'éloigne de ce cauchemar en défilant les images sombres de la lumière triste. Ma tête appelle au secours mais il ne voit rien. Mon arbre perd ses feuilles depuis que je l'ai revu. Je pars et les souvenirs restent tranchants. Une lame transperce mon corps et l'envahit d'épines. Noirs sont mes rêves, coupantes sont ses lèvres.

 

(photo personnelle)

(photo personnelle)

 

(Iris)

 

 

 

Est-ce que les gens autour de moi, voient le monde comme je le vois ? C'est quoi une vie ratée ? Pourquoi je n'ai pas de soeur ? Pourquoi pourquoi? Pourquoi c'est comme ça et pas autrement ? Where is Bryan ? Est-ce que tu m'aimes ? Qu'est ce qui fait qu'on tombe amoureux ? Si j'avais été un garçon, j'aurais été beau tu penses ? Pourquoi moi et pas une autre ? Pourquoi on appelle la France, la France? Où va le monde ? Tu veux pas partir de ma tête ? Je peux avoir un panda ? D'où vient le langage ? Je peux redevenir une enfant ? Je peux maquiller le chien ? Toi, tu es différent(e) selon les personnes qui t'entourent ? Tu veux bien me construire une fusée ? Tu voudrais partir à l'étranger avec ta maison, tout ce que tu aimes sur le dos ? Qu'est ce qu'il y a de bien chez un être humain ? Comment ça se fait que j'ai atteri ici ? Comment cela aurait été sans moi ? Et si je vous prête une tente pour la nuit, je peux faire un "Projet x" à la maison ? Pourquoi devoir tout le temps suivre ce que veut la société ? Pourquoi on peut pas être heureux en étant nous-mêmes ? Pourquoi c'est la vie ?

 

(Nolwenn)

 

 

Je rêve, je vole, mais vers où? Un revolver derrière le verrou. J'ai beaucoup entendu parler de toi, on me glisse à l'oreille que tu es un quelqu'un de glauque, je glousse. Mais bon, ton trou m'a l'air des plus canons. Tu me dis que tu es chargé -en ce moment- si tu veux tire-toi ; on se recroisera sûrement, je suis autant un cas libre que toi. Pourquoi ? Je crois que je ne suis pas fait pour la vie, désolé l'ami, je ne veux plus vivre en sédentaire, tu sais? Mais on cède sans père, c'est vrai.

 

Je ne suis pas blindé, forcément je sens les coûts. Et j'aimerais faire mon petit bonhomme de chemin, faire mon trou, tant que celui-ci ne soit pas dans mon crâne. Tu ne parles pas beaucoup, je ne t'ai pas attendu pour avoir du plomb dans la tête ; mes questions t'embêtent ? Moi aussi. Je passe des nuits blanches à cause des idées noires qu'elles me procurent, ça me rend vert de rage. Malgré ça, j'ai une peur bleue de me voir teinté de rouge, même si je tire à blanc. T'entends ? C'était un double-clic, mais je t'assure que mon ordinateur ne fait pas ce bruit, ça ne peut venir que de toi.

 

Si je te cache sous mon oreiller, tu penses que je pourrai reposer en paix ? On me dit que t'en as dans le ventre, montre-moi donc si ce n'est pas de la poudre aux yeux, nous irons décharger les envieux. En effet, tu fais deux trous de balles en un, bravo. Je ne sais plus où aller, vraiment. C'est triste d'en arriver là, malgré cela, tu seras la dernière chose qui me passe par la tête.

 

Dire que je parle à un revolver.. Une roulette russe à cinq dans le barillet.

 

(Nicolas)

 

 

 

Poème 7 en 1

 

 

Florilège - Créations personnelles 2
Florilège - Créations personnelles 2
Florilège - Créations personnelles 2
Florilège - Créations personnelles 2
Florilège - Créations personnelles 2
Florilège - Créations personnelles 2
Florilège - Créations personnelles 2

 

(Sahra)

 

 

Carreaux brisés, ballon perdu, cerf-volant envolé. Boîte à musique muette, billes usées et délaissées. Jouets rangés et rires effacés

 

A moins que, le temps de l'enfance ne revienne.

 

(Clémentine)

 

 

La fatalité est tombée, sur les épaules fragiles d'un homme qui a perdu l'équilibre, et qui n'a rien demandé, si ce n'est qu'un peu de bonté.

Tu t'es dis " Je n'suis pas Superman, ce gars-là s'en sortira sans moi."

Dix ans plus tard te revoilà. Sauf que cette fois-là, c'est ce gars-là qui t'aide à te relever, pour mieux supporter cette journée, faite de larmes et de misère. Pour mieux t'enlacer et te réconforter, et surtout te montrer

la beauté du soleil à peine couché.

 

Ce gars-là non plus n'était pas Superman.

 

(Marine)

 

 

 

 

D'un vieux songe assoupi, elle s'érige. Face au miroir des désirs, dénudée de ses neiges, l'immensité frôle le vide. Sombre espérance, face cachée du monde. Elle a tissé les murs de son âme et le néant résonne à ses pieds.

 

source de l'image

Songe - Création personnelle

 

(Clémentine)

 

Ombre au tableau

 

Tu laisses bien plus qu'un nom derrière le mien. Un vide, une présence qui manque et des regrets. Tu n'es, tu n'as été et tu ne seras jamais là parce que c'est ta nature, de rentrer dans la vie des gens et d'en sortir aussi vite que possible. Les empreintes qu'on laisse sur les vies qu'on a touchées ne s'effacent plus, elles s'ancrent et hantent.

Qui est responsable dans cette histoire ? Que devais-je faire pour voir dans tes yeux blêmes un autre regard que celui d'un pardon ? Tu me paralyses, m'empêches d'avancer et faire ma route; je ne sais plus vraiment où aller parce que je ne suis pas sûre d'où je viens. Tu laisses bien plus qu'un nom derrière le mien...

 

(Nolwenn)

 

 

Noyé dans tes yeux, noyé dans la musique. Une pomme roule dans mes veines. Un voyage qui reste sur place, s'efface. Je cours vers l'infini. Rester sur une rive rouge rayée, échapper à l'avenir sans retourner en arrière. Comment regarder le monde assis par terre ? Un livre ouvert, une vie noire tachée de vert. Des sacrifices rouillés face aux avions qui courent. Je prendrai mon envol un jour.

 

mu.jpg

 (photo personnelle)

 

(Iris)

 

 

Il a ouvert grand la trappe du ciel, pour passer nos rêves.

 

 

Photo personnelle

Photo personnelle

 

 

(Clémentine)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article