Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Léo

Piazza della Signoria

Piazza della Signoria

INFORMATIONS

 

Jean de Bologne (1529-1608)

Hercule et le centaure

Date de composition : 1549-1599

Statue de marbre

Genre mythologique

Met en scène le héros grec Héraclès, Hercule chez les romains, terrassant encore une fois un monstre. Après ses douze travaux, il lutte ici contre le centaure d'Euryton dans un combat épique.

Jean de Bologne, sculpteur français formé par le flamands Jacques Beuch, se rend très jeune en Italie où il passe sous l'aile de Bernard Vecchietti. IL réalisera de nombreuses oeuvres telles que la statue monumentale de Jupiter Plurius, ou encore la célèbre statue de Mercure, il meurt à Florence en 1608.

 

ANALYSE

 

En quoi cette sculpture est-elle représentative de l'humanisme ?

D'abord, il s'agit d'une oeuvre inspirée de l'antiquité gréco-romaine : une représentation d'une scène mythologique célèbre et surtout d'un personnage mythologique, Hercule. Aussi, le sculpteur fait un éloge du corps humain, de sa beauté sous tous ses aspects, c'est pourquoi les personnages sont nus. Rappelons aussi que la principale caractéristique de l'humanisme est de placer l'Homme au centre de tout, or il s'agit ici d'un homme, d'un symbole même combattant le centaure.

 

CREATION

 

En 1530, Lorenzo de Médicis se rendit à Rome, ou il acquit la mauvaise réputation de coupeur de têtes de statues anciennes : dans un moment d'ivresse, il décapita les huit rois barbares de l'arc de Constantin. Cet acte de vandalisme lui valut d'être banni de la ville, avec le surnom de Lorenzaccio. Janvier 1537 : vous produirez la tirade que Lorenzo, une nuit, adresse à une statue de Florence.

 

Bon soir mon bel étalon, voudrais-tu de l'aide ? tu sembles en bien mauvaise posture face à la taille de son bâton, et de ces muscles, Ô ces muscles ! Mais quel talent avaient ces artistes d'autrefois ! ... Je pourrais t'aider c'est sûr, mais je trouve fort dommage de retirer un si beau visage à de si splendides formes !

Pour un grand courage, je te saisirai le cou !

Et pour la gloire je te casse le genou !

Ciel ! voilà que le vin me fait faire des vers, et s'ils sont justes c'est que je ne suis pas encore assez gris !

Il boit dans sa bouteille -

Héraclès... n'en as-tu pas assez fait ! Terrasser des monstres et des monstres, cela doit être épuisant ! Au fond, je t'envie tu sais, pas pour ta force ni pour ton courage, mais pour ta gloire, pour la trace indélébile que tu as ancrée dans l'histoire ! En fin de compte, nous ne sommes pas si différents tous les deux, je vais moi même laisser une marque de mon passage sur terre, mais je commencerai par toi !

Il lui coupe la tête.

 

Cliquez ci-dessus pour écouter Lorenzo s'adressant à la statue !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
vraiment cet article il gere !
Répondre