Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Sahra

J'ai trouvé le décor de la pièce en totale harmonie avec l'esprit de la pièce. Ces murs sombres et froids, ces fenêtres à barreaux... Tout, jusqu'aux portes, ramène à un hôpital psychiatrique. On sent que c'est un lieu oppressant, lourd, une sorte de prison.

Pippo Delbono affirme qu'il s'agit de la représentation d'un lieu mental d'enfermement de l'esprit dans l'incapacité de trouver une liberté, une lucidité.

Le décor est le corps, et la pièce est l'âme. Mais contrairement à ce que disait Antonin Artaud, ici le corps et l'âme s'accordent parfaitement.

"L'homme est malade parce qu'il est mal construit. Il faut se décider à le mettre à nu pour lui gratter cet animalcule qui le démange mortellement, dieu, et avec dieu ses organes. Car liez-moi si vous voulez, mais il n'y a rien de plus inutile qu'un organe. Lorsque vous lui aurez fait un corps sans organes, alors vous l'aurez délivré de tous ses automatismes et rendu à sa véritable liberté. Alors vous lui réapprendrez à danser à l'envers comme dans le délire des bals musette et cet envers sera son véritable endroit."

"Pour en finir avec le jugement de Dieu", Œeuvres Complètes. XIII, Antonin Arnaud.

source image

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article