Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Sonia

                                                                  Philippe 

Je suis plein de joie et d'espoir ; le coeur me bat malgré moi.

                                                                                     Il joint ses deux mains sur son coeur

Lorenzo , l'air passif

Tant mieux pour vous.   

                                                         

Philippe, rétorque avec fermeté

Puisque tu n'en sais rien, pourquoi en parles-tu ainsi ? Assurément tous les hommes ne sont pas capables de grandes choses, mais tous sont sensibles aux grandes choses ; nies-tu l'histoire du monde entier ? Il faut sans doute une étincelle pour allumer une forêt ; mais l'étincelle peut sortir d'un caillou, et la forêt prend feu. C'est ainsi que l'éclair d'une seule épée peut illuminer tout un siècle.

 

Lorenzo, se défend sur un ton sec

Je ne nie pas l'histoire ; mais je n'y étais pas.

Philippe

Laisse moi t'appeler Brutus ; si je suis un rêveur, laisse-moi ce rêve-là. Ô mes amis, mes compatriotes ! vous pouvez faire un beau lit de mort au vieux Strozzi, si vous voulez !

                                                                                               Se rapproche de la fenêtre

Lorenzo

Pourquoi ouvrez-vous la fenêtre ?

                                                               Philippe, se penche et prend l'air à plein poumons

Ne vois-tu pas sur cette route un courrier qui arrive à franc étrier ! Mon Brutus ! mon grand Lorenzo ! la liberté est dans le ciel ; je la sens, je la respire.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article